4 Décembre 2018

Congo-Kinshasa: Campagne électorale - Kamerhe et Tshisekedi promettent de sécuriser l'est du pays

Arrivé le 4 décembre à Goma, chef-lieu du Nord-Kivu, le duo a tenu un tenu un meeting aucours duquel il s'est engagé, une fois au pouvoir, de faire du combat contre l'insécurité qui sévit dans cette partie du pays la première de ses priorités.

Félix-Antoine Tshisekedi (Fatshi) et Vital Kamerhe (VK) ont été accueillis par une une foule immense qui les ont pris en charge de l'aéroport jusqu'au terrain Afya, lieu retenu pour le meeting. Les deux leaders, réunis dans un seul ticket soutenant la candidature du président de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) à la présidentielle du 23 décembre, sont les premiers à fouler le sol du Kivu pendant cette période de campagne.

Sur place, le président de l'UDPS et candidat à la présidentielle du 23 décembre, Fatshi, et son co-équipier, le président de l'Union pour la nation congolaise (UNC), VK, ont présenté leur alliance ainsi que ses bénéfices pour le pays. Ils se sont encensés mutuellement pour faire valoir leurs qualités en vue d'obtenir l'adhésion de la population à leur programme et obtenir d'elle des voix pouvant leur permettre de mettre en œuvre ce programme. « Félix Tshisekedi est humble, visionnaire et calme. Avec lui, nous allons transformer ce pays ». C'est en ces termes que VK a présenté, en swahili, son poulain. Le président de l'UNC a assuré également que Fatshi, le candidat commun de l'UDPS et de l'UNC à l'élection présidentielle du 23 décembre, était un leader comblé d'amour et d'humilité et qui a une base bien implantée dans le pays. Parlant de son choix, il a également expliqué qu'il s'était désisté au profit du président de l'UDPS par le fait notamment qu'il fallait honorer la mémoire de feu Étienne Tshisekedi et son combat pour la démocratie.

Fathsi, à son tour, a présenté VK comme le meilleur président de l'Assemblée nationale que le pays ait connu jusque-là. « C'est l'alliance entre l'expérience et le combat, la détermination. Kamerhe a été le meilleur président de l'Assemblée nationale de l'histoire de notre pays. Ce n'est pas moi qui le dis, ce sont les députés. Avec lui à la primature, nous allons avoir le meilleur Premier ministre de l'histoire de la RDC » , a-t-il dit.

Une alliance méritante face à un complot

Cette rencontre avec la population de Goma a été aussi une occasion pour le duo Fatshi-VK de revenir sur les accords de Genève et de Nairobi ainsi que sur leurs conséquences.

Au sujet des discussions de Genève entre les sept leaders de l'opposition pour la désignation d'un candidat commun, VK a dénoncé « un complot » monté par Moïse Katumbi, Jean-Pierre Bemba, Martin Fayulu, Adolphe Muzito et Freddy Matungulu contre lui et Fatshi. À l'en croire, lors de ces discussions, « le dernier de la classe » a été choisi comme candidat de l'opposition. À Goma, Kinshasa et partout ailleurs, a-t-il dit, les gens s'attendaient à une candidature de Félix ou de Vital. C'est impossible, a poursuivi VK, de prendre un dernier de la classe comme candidat dans une compétition interscolaire, assurant qu'il va échouer.

Le président de l'UNC et directeur de campagne de Fatshi a, ainsi, assuré les Gomatraciens quant à l'accord de Nairobi qui garantit à l'UNC quelques postes importants si Fatshi était élu président de la République. Pour lui, la gestion du ministère de la Justice et celui de la Défense notamment qui sera donnée à l'UNC lui permettra, entre autres, de mettre fin à l'activisme des groupes armés qui endeuillent chaque jour cette partie du pays et la nation tout entière, ainsi qu'aux tracasseries contre la population.

Présentant succinctement une partie du programme de leur coalition, VK a fait savoir que Fatshi, assuré d'être président après le 23 décembre, va améliorer le salaire des policiers et des militaires et les étudiants n'achèteront plus de syllabus, les parents ne payeront plus le minerval.

Le « futur Premier ministre » promet également de s'installer dans l'est du pays en vue de combattre l'insécurité qui y règne. « Les gens meurent comme des animaux au Kivu, une fois élus, nous viendrons nous installer à Beni », a-t-il promis. « Chaque fois que je commence la campagne, je commence par ici. J'aime le Congo, j'aime Goma. Je connais les problèmes du Nord-Kivu, du Grand-Nord. Dans la communauté nande, les gens meurent comme des animaux. Les autorités à Kinshasa se taisent. Tous les jours, les gens meurent à Beni et à Butembo. La même chose à Masisi et à Rutshuru. C'est notre priorité. Nous devons terminer cela. Moi et Félix Tshisekedi, nous allons nous installer dans le Grand-Nord », a insisté, dans son message en swahili, le directeur de campagne de Fatshi, ancien président de l'Assemblée nationale congolaise et président de l'UNC, accusant ouvertement le pouvoir de « se taire face à cette tragédie ».

Après leur meeting à Goma, le duo devra parcourir Walikale, Bukavu, Uvira, Bunia à partir du 6 décembre. Leur arrivée dans la ville de Kisangani est prévue pour le 10 décembre. Les deux leaders de l'opposition, rappelle-t-on, sont revenus de Kenya depuis le 27 novembre, après avoir signé un accord pour former la coalition Cap pour le changement.

Congo-Kinshasa

Un entrepôt de la Centrale électorale prend feu en plein centre-ville

À dix jours des élections présidentielle, législatives nationales et provinciales, un… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.