5 Décembre 2018

Congo-Kinshasa: Des experts électoraux préviennent - « Les élections du 23 décembre ne seront pas crédibles »

« Vers un énième rendez-vous manqué pour le peuple congolais ? ». C'est le titre interrogatif du rapport du Réseau pour la Réforme du Secteur de la Sécurité et de Justice (RRSSJ), rendu public en début de semaine.

Ce réseau, composé d'experts électoraux congolais, établit un certain nombre de facteurs qui, selon eux, laissent planer le spectre d'une contestation post-électorale après le 23 décembre 2018.

Le processus électoral en RDC est entaché de controverses liées, notamment, à l'identification et à l'enrôlement dont des doublons ont réduit sensiblement le nombre d'électeurs dans d'autres circonscriptions électorales.

L'on note autant d'électeurs sans empreintes digitales. La question n'a pas été éclairée comme elle se devait pour que toutes les parties prenantes s'accordent finalement sur le fichier électoral.

Une autre question et très délicate, c'est celle de l'usage de la machine à voter. Une situation préoccupante. La polémique s'enlise.

Cette controverse pourrait être l'échec des élections prévues le 23 novembre 2018 surtout que dans le calendrier du processus électoral publié par la Commission électorale nationale indépendante (Céni), il est mentionné que du 20 septembre au 6 octobre 2018, soit 17 jours, est la période des préparatifs techniques de l'impression des bulletins de vote, des procès-verbaux et des fiches des résultats. C'est-à-dire, nettoyage et consolidation de la base des données des candidats.

Et, du 16 novembre au 5 décembre 2018, soit 20 jours, sera la période de déploiement des bulletins de vote, procès-verbaux et fiches des résultats vers les sites de formation, etc.

C'est partant de ce décor, tout de même inquiétant, que le Réseau pour la Réforme du Secteur de la Sécurité et de Justice (RRSSJ) tranche : « Les élections qui vont être organisées le 23 décembre prochain ne seront pas crédibles ». C'est l'essentiel du rapport de cette structure publié lundi 3 novembre à Kinshasa.

Dans ce rapport intitulé « Vers un énième rendez-vous manqué pour le peuple congolais ? », ce réseau, composé d'experts électoraux congolais, établit un certain nombre de facteurs qui, selon eux, laissent planer le spectre d'une contestation postélectorale après le 23 décembre.

Le RRSSJ dénonce l'« inféodation » de la Céni, des « tripatouillages du cadre juridique », la présence sur les listes électorales des électeurs « mal identifiés », et la « controverse sur la légalité de la machine à voter ».

Pour garantir la stabilité du pays après élections, ces experts électoraux appellent la communauté internationale « à ne pas rester sans agir ».

« Il est de la responsabilité de l'ONU, des organisations africaines et des partenaires de la RDC de faire en sorte que le pays retrouve le chemin de la stabilité », peut-on lire dans ce rapport.

Congo-Kinshasa

Elections en RDC - Portraits et interviews de candidats

Nous présentons tout au long de la semaine des entretiens avec les candidats aux élections… Plus »

Copyright © 2018 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.