5 Décembre 2018

Tunisie: Gagner la bataille du pouvoir d'achat

Devant l'insistance avec laquelle la crise économique, financière et monétaire que vit le pays ouvre la voie à diverses pratiques illicites, marchés parallèles et comportements frauduleux, les pouvoirs publics sont amenés à solliciter les actions les plus fermes, de nature à débusquer les méthodes machiavéliques auxquelles recourent des contrevenants aux mille facettes, aux quatre coins du pays.

D'autant plus que les prix de divers produits de consommation courante ont atteint des niveaux importants, parfois dissuasifs à l'égard des citoyens, notamment ceux des catégories faibles.

Le courrier que le chef du gouvernement vient d'adresser aux différents gouverneurs du pays est venu relancer, une nouvelle fois, la mobilisation de tous les instants des autorités publiques afin de confirmer et d'affiner le filet légal et réglementaire qui guette les réseaux de contrebande, les marchés parallèles et les pratiques spéculatives illicites ou encore les manœuvres monopolistiques qui s'appliquent à contourner les efforts de l'Etat aussi bien en matière de strict respect des règles de la libre concurrence que de soumission aux politiques et réglementations sociales, dont le strict respect des prix homologués.

En fait, les contrevenants ne cessent de consolider leur réseautage et d'affûter leurs armes faites de filouterie, de leurres, d'infractions majeures et de fraudes graves mettant en danger à la fois la santé et la bourse du citoyen, tout en annihilant les stratégies tenaces que le gouvernement s'applique à mettre en place pour consolider la cohérence et l'inviolabilité du système.

Or, l'un des fléaux majeurs se trouve être l'argent sale qui, spécialement depuis la révolution, a inondé le pays, pervertissant moult transactions et domaines d'activité, jusqu'à frelater certaines sphères politiques et dénaturer plus d'une expérience médiatique. En plus des risques majeurs encourus en matière de trafics d'armes et de drogues, deux phénomènes qui accompagnent souvent le terrorisme jihadiste.

La lettre du chef du gouvernement à l'adresse des gouverneurs porte en objet « la finalisation du rôle des commissions régionales de suivi de l'évolution des prix et la garantie de la régularité de l'approvisionnement et de lutte contre la contrebande et le commerce parallèle et de l'organisation du contrôle», en concertation et en coopération avec la Commission nationale du même nom.

Lors de la présentation du rapport général du gouvernement à l'occasion du débat à propos du budget de l'Etat et la loi de finances pour 2019, Youssef Chahed avait promis aux députés de la nation et à l'ensemble des citoyen une vigilance particulièrement attentive quant aux écarts en matière de prix et le lancement d'une grande campagne pour rétablir le plus possible le pouvoir d'achat des citoyens, tout en réprimant tout écart par rapport à la loi, aux réglementations et au strict respect des lois du marché.

Le courrier du chef du gouvernement indique clairement que, dans le cadre de l'attachement à garantir le respect du programme gouvernemental visant la maîtrise des prix et la préservation du pouvoir d'achat ainsi que la lutte contre la contrebande et le commerce parallèles décidé lors du Conseil ministériel du 20 novembre dernier et dans l'esprit de consolider les méthodes d'organisation et d'action des commissions régionales de suivi de l'évolution des prix et la garantie de l'approvisionnement et de lutte contre la contrebande et le commerce parallèle, afin d'assurer le respect des termes nationaux en la matière par le renforcement des actions et leur diversification en recourant à tous les moyens pouvant garantir les meilleurs résultats attendus.

Face aux risques inflationnistes et aux cataclysmes qu'a représenté et que représente la grave dévaluation du dinar, la lettre du chef du gouvernement représente un appel généralisé à toutes les structures et régions pour que la conscience de tous les citoyens et responsable soit en phase avec le objectifs nationaux majeurs en cette phase délicate de l'histoire du pays et les attentes de la transition démocratique. Et il s'agit de lever efficacement les défis de la finalisation des impératifs impartis par la Constitution, avant le rendez-vous des prochaines élections.

Tunisie

Le CA de la BCT inquiet de l'élargissement du déficit de la balance commerciale (16 milliards de dinars) (Lead)

Le Conseil d'Administration de la BCT a exprimé son inquiétude vis-à-vis de la poursuite de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.