5 Décembre 2018

Congo-Brazzaville: Energie atomique - Le pays présente ses progrès à Vienne

Le ministre de la Recherche scientifique et de l'innovation technologique, Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou, qui a pris part à la première Conférence ministérielle des Etats membres de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), tenue du 28 au 30 novembre dans la capitale autrichienne, a indiqué que son pays a fait la preuve d'être maintenant parmi les Etats africains qui sont à la pointe de tout ce qui est fait au niveau de l'agence tant vers Vienne que vers le pays.

Selon un communiqué de presse du ministère de la Recherche scientifique, après sa déclaration à la conférence ministérielle, Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou a reçu mandat de pouvoir drainer les intérêts et les avantages dans le cadre de l'atome pour la paix et le développement. En effet, pour lui, le pari a été gagné cette année et le pays a lancé les bases pour 2019-2020. « La République du Congo a marqué sa présence dans cet environnement mondial de l'énergie atomique. Il va ainsi tirer profit de l'atome pour la paix et pour le développement, parce qu'il est établi que dans notre pays, nous avons mis en place un dispositif dans le cadre du programme de coopération technique avec l'agence pour que l'agriculture, la santé et le domaine législatif puissent bénéficier de cet accord pour augmenter les capacités de production des produits agricoles dans notre pays », a-t-il déclaré.

Il a aussi rappelé qu'avec l'AIEA, le Congo va pouvoir bénéficier de la mise en place de laboratoire pour contrôler les produits qui sont consommés dans le pays et aider la population dans la lutte contre le cancer par la radiothérapie. Le Congo a marqué sa présence à la première conférence ministérielle de la science nucléaire avec sa volonté d'être dans le mécanisme de paix dans le domaine de l'atome pour la paix, vers les mécanismes de l'agence à des fins pacifiques. « Au niveau africain, nous sommes parmi les cinq Etats qui créent toute la dynamique et toutes les conditions nécessaires pour que l'Afrique, particulièrement notre pays, bénéficie des atouts importants de l'agence. Nous sommes venus ici pour réaffirmer notre volonté et mettre en place toute la dynamique surtout de renforcement de capacités », a signifié le ministre de la Recherche scientifique.

Créer une dynamique de responsabilisation

S'exprimant au nom du gouvernement, Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou a souligné la détermination du pays dans l'usage pacifique des rayonnements ionisants. Ceci pour un développement respectueux à travers les applications de la science et de la technologie nucléaires dans tous les domaines de la vie quotidienne. Il a, par ailleurs, manifesté la joie du Congo d'être éligible au démarrage des trois projets nationaux, notamment dans l'agriculture, l'élevage et le cadre législatif, après le paiement de la contribution au Programme de la coopération technique. En marge de cette conférence, le ministre Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou a échangé avec le directeur technique de la division Afrique de l'AIEA, Shaukat Abdulrazak, et le directeur général adjoint et chef du département de la Coopération technique de l'AIEA, Dazhu Yang.

« Dans la rencontre avec la direction de la coopération technique, nous avons échangé sur ce que l'agence va apporter à notre pays. Notre pays a créé une dynamique de responsabilisation, de s'acquitter de ses contributions pour bénéficier d'un panel mis à notre disposition et déjà le Congo en a bénéficié et nous avons demandé et obtenu que les cadres congolais soient véritablement suivis », a indiqué le ministre à la presse. La délégation du Congo a, à travers la conseillère technique chargée de la coopération du ministre de la Recherche scientifique, Huguette Nguenoni, a pris aussi part au panel sur la science et la technologie nucléaire pour les femmes. La séance a été modérée par la députée, directrice générale du Management de l'AIEA, Mary Alice Hayward.

Congo-Brazzaville

Une ONG pointe les liens troubles entre Eni, Total et Kontinent Congo

Au mieux un manque de vigilance, un pire une complicité passive, voilà ce que l'on peut déduire des… Plus »

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.