6 Décembre 2018

Angola: Joao Lourenço reçoit en tête-à-tête l'un des pourfendeurs du régime

Le président Joao Lourenço a reçu mercredi matin 5 décembre une figure emblématique de la société civile angolaise. Le chef de l'État s'est entretenu avec Rafael Marques, un journaliste et militant des droits de l'homme, la bête noire de l'ancien président Dos Santos.

C'est une visite qui aurait été inimaginable sous le président Dos Santos. Rafael Marques, qui n'a de cesse de dénoncer la corruption des élites, a été reçu au palais présidentiel par le nouveau locataire, Joao Lourenço.

Rafael Marques, qui a reçu plus de prix et distinctions que de condamnations et de peines de prison, en a profité pour parler corruption. Il n'a pas hésité à parler des sommes colossales que des Angolais ont investies dans l'immobilier, les médias et les vignobles, au Portugal.

C'est du moins ce qu'il a confié aux confrères à sa sortie de l'entretien avec le président Lourenço : « Nous savons que le Portugal a déjà dit que son économie pourrait être déséquilibrée si les fonds angolais devaient être rapatriés. Il faut maintenant penser à rééquilibrer notre économie à nous, même si notre argent est immobilisé à l'étranger. »

L'Angola est, certes, selon Transparency International, l'un des pays les plus corrompus au monde. Mais l'OCDE estime que le Portugal ne fait pas grand-chose pour empêcher le blanchiment de l'argent sale sur son sol.

Depuis le début des années 2000, des Angolais ont investi près de 200 milliards de dollars à l'étranger, notamment au Portugal, que certains investisseurs auraient surnommé « la machine à laver. » A Luanda, en partie grâce au militantisme de Rafael Marques, le sujet n'est plus tabou. Pas même au palais présidentiel.

Angola

CAN Cameroun 2021 - La RDC opposée à l'Angola et au Gabon

La RDC partage le groupe des éliminatoires de la 33e édition de la Coupe d'Afrique des nations (CAN)… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.