6 Décembre 2018

Afrique: Intégration continentale africaine - L'obstacle des visas

La 3e édition de l'indice d'ouverture lancée mardi dernier à Kigali, montre que l'obtention de ce document reste un frein pour la circulation des personnes.

Actuellement, il n'est pas toujours facile pour un Africain de se mouvoir à travers le continent, car la libre circulation des personnes que beaucoup appellent de tous leurs vœux n'est pas encore une réalité. En cause, l'absence d'un réseau routier ou aérien fiables entre les principales villes du continent, les tracasseries multiples aux frontières et surtout, les difficultés liées à l'obtention des visas, parfois entre pays d'une même sous-région. Pour ce dernier point, qui semble plus facilement gérable, la Banque africaine de développement (BAD) a mis sur pied l'indice d'ouverture sur les visas en Afrique, dont la 3e édition a été officiellement lancée mardi dernier, au cours de la 13e conférence économique africaine à Kigali au Rwanda. Et les données ne sont pas très encourageantes.

A date, alors qu'on attend l'entrée en vigueur de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC), le visa demeure un gros obstacle à cette volonté d'intégration. En effet, sur l'ensemble des pays-membres de l'Union africaine et de la BAD, seuls deux pays (Bénin et Seychelles) pratiquent une exemption de visas pour les Africains. 25% de pays délivrent un visa à l'arrivée et le reste en exige un à tous les ressortissants africains avant le départ de leurs pays, avec des niveaux différents de difficultés. Pourtant, selon les experts de la BAD «l'ouverture sur les visas contribue à faciliter la libre circulation des personnes. Elle offre aux individus plus de mobilité, et leur permet de vaquer à leurs occupations facilement, spontanément et rapidement, pour un coût minimum».

Dans un contexte où l'intégration régionale et continentale est d'actualité par rapport à son impact sur le développement de l'Afrique, l'assouplissement des politiques de visas sur le continent permettrait d'avancer, notamment pour ce qui est de combler un déficit de compétences sur le marché du travail, promouvoir l'entrepreneuriat, diversifier l'économie, ajouter de la valeur aux services ou attirer les investissements et renforcer la compétitivité. C'est pourquoi au cours de la cérémonie de Kigali, les participants ont été invités à plaider auprès de leurs gouvernements respectifs pour la levée de ces barrières. Il faut dire que sans la suppression des visas, le passeport africain instauré en 2014 ne peut prospérer. Un appel a également été lancé en direction des pays qui tardent soit à signer l'accord de Kigali sur la ZLEC, soit à le ratifier, car l'Afrique a besoin de cette intégration pour efficacement lutter contre la pauvreté entre autres.

Afrique

#HudumaHalisi - Lancement d'une campagne pour une des services publics honnêtes au Kenya

Mercredi 5 décembre 2018 - Le Président du Kenya, Uhuru Kenyatta, a lancé la campagne Huduma Halisi… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.