7 Décembre 2018

Tunisie: Les habitants redoutent le manque de pétrole lampant

Devenues de plus en plus difficiles, les conditions de vie reflètent la difficulté et les souffrances que les habitants de cette région endurent toujours à chaque saison hivernale.

Le topo est, en effet, très sombre dans les régions frontalières où la misère, le froid et la pauvreté rythment le quotidien des habitants. Le sentiment de frustration ressenti par la majorité d'entre eux est d'autant plus fort que le pétrole lampant, principale source de chauffage, utilisé pendant la période hivernale, a manqué cruellement pendant plusieurs semaines, poussant les uns et les autres à la grogne.

Le bois à la place du pétrole lampant

La situation est encore plus dramatique pour les femmes rurales qui se voient , malheureusement, contraintes d'être au four et au moulin en se rendant régulièrement dans les parcours forestiers avoisinant leurs domiciles pour ramener, la plupart du temps sur leurs dos, des quantités de bois, souvent coupées à la hâte ou collectées dans les maquis par peur des gardes-forestiers, pour leur utilisation à des fins domestiques, que ce soit en cuisine ou en chauffage.

Pas plus tard que la semaine écoulée, le pétrole était introuvable et il a fallu plusieurs appels au gouvernement et aux autorités régionales pour que la région soit alimentée par ce produit vital pour les familles économiquement faibles. Des files d'attente monstres se sont formées dans les stations service pour obtenir quelques litres de ce précieux pétrole bleu qui protège contre le froid. Certains n'avaient que des bouteilles en plastique, pour les remplir de pétrole, faute d'argent, tant le pétrole demeure, en effet, cher pour la plupart des bourses et même pour certains chefs d'entreprise, notamment les boulangers utilisant le fuel, qui estiment qu'ils paient plus cher pour la cuisson du pain, en comparaison avec leur homologues utilisant le gaz de ville, jugé moins coûteux.

Dans la foulée et face au froid de l'hiver, c'est toujours l'amertume qui anime la population rurale , une population qui a les mains froides mais le cœur chaud, toujours accueillante et prête à vous donner le peu de choses qu'elle possède, si bien que chaque habitant se sent contraint de faire face, tout seul, à son triste destin et que la fameuse citation de Camus « au milieu de l'hiver j'ai découvert en moi un invincible été » semble bien s'appliquer à ces damnés de la terre , toujours attachés à leur liberté naturelle, mais quêtant inlassablement des sources de revenu qu'ils ne peuvent gagner malheureusement que par la force des bras dans le travail de la terre ou l'élevage animalier .

Il suffit d'ailleurs, de se rendre, au hasard d'une randonnée dans les zones forestières du Kef, Kasserine, Siliana ou encore Jendouba pour se rendre compte de cette triste réalité. Les autorités devraient accorder plus d'attention aux besoins vitaux de cette frange vulnérable de notre société, d'autant plus que l'hiver s'annonce rude cette année.

Tunisie

Rome "optimiste" sur la réaction de la Commission à son budget révisé

Le gouvernement italien qui s'est accordé dimanche soir sur un projet de budget révisé pour 2019… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.