7 Décembre 2018

Cameroun: Lutte contre la malnutrition - Un combat permanent

Malgré l'abondance des aliments, le mal persiste et le gouvernement et ses partenaires multiplient les stratégies de lutte.

Aujourd'hui, si plus de 34 % d'enfants âgés entre de 6 et 59 moissont malnutris dans la région de l'Extrême-Nord, ce n'est pas fautede disponibilité d'aliments. D'après Kiari Sossol, le chef de centre desanté intégré de Kaélé dans le Mayo-Kani, « c'est à cause de la négligence et de l'ignorance des parents qui s'occupent plus à autre chose au lieu de prendre soin de leur enfants ».

Et ce n'est pas faux, rétorque Amina Odette, mère de quatre enfants dont deux malnutris.« Nous ne savions pas qu'avant de donner le sein à l'enfant ouquand on revient des toilettes, qu'il faut se laver les mains au savon pour éviter les maladies, mais depuis deux ans que nous sommes sensibilisées, les maladies qui dérangent nos enfants ont quasiment disparu », témoigne la jeune mère de 30 ans.

Au vu des statistiques de prévalence qui ne baissent pas, le gouvernement camerounais avec l'appui de ses partenaires, ne veut paslever le pied sur la pédale.

C'est ainsi qu'ils accentuent et multiplientles stratégies de lutte afin de réduire considérablement, sinonanéantir complètement ce fléau.

Le gouvernement camerounais,avec l'appui de l'organisation non gouvernementale Hellen Keller International(HKI) a lancé depuis juillet 2017 dans les districts desanté des départements du Mayo-Danay et du Mayo-Kani, le projet intitulé « réduction de la malnutrition aigüe et modérée dans larégion de l'Extrême-Nord ».

Dans le cadre de cette activité, près1800 enfants malnutris sont pris en charge dans les deux départements. Récemment, une mission constituée des responsables du Minsanté et de l'Ong Hellen Keller International est allée à Kaélé évaluer l'impact de ce projet, deux ans après son lancement.

Pour être plus efficace, le directeur régional Afrique de HKI, Volkan Cakir tient à préciser que ce ne sont pas des médicaments qui sont distribués aux malades.

« Nous mettons à la disposition des centre de santé les coupons alimentaires qui sont remis aux bénéficiaires afin qu'ils aillent se ravitailler dans les boutiques de leur localité »,précise-t-il.

Le but, poursuit-il « est de les amener à comprendre qu'ils peuvent consommer les produits habituels avec un bon suivid'hygiène. Les enfants seront épargnés de la malnutrition ».

Cameroun

Crise dans la zone anglophone - Vers de prochaines libérations

Au Cameroun, le tribunal militaire de Yaoundé a confirmé, vendredi 14 décembre, la prochaine… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.