7 Décembre 2018

Ile Maurice: Navin Ramgoolam - «Zot per Dawood Rawat»

Lors d'un congrès à La Louise ce vendredi 7 décembre, Navin Ramgoolam s'est attardé sur l'annulation de dernière minute de l'audition de Dawood Rawat devant la Commission Britam. Il a aussi fait la liste des scandales récents qui ont secoué le gouvernement.

«Zot per Dawood Rawat» a déclaré Navin Ramgoolam. C'est la raison pour laquelle l'audition de l'ex-Chairman de la British American Investment (BAI) par visioconférence avait été annulée le 28 novembre dernier. Revenant sur toute l'affaire BAI, l'ancien Premier ministre a affirmé que Satar Hajee Abdoula, qui a empoché Rs 26 millions en tant qu'administrateur, était parti à Paris pour demander à Dawood Rawat de vendre tout ce qu'il possède pour Rs 1 million «lerla pa pou touss so ban zenfan.» «Kan mo revini, mo pou fer la limiere lor sa zafer la» a-t-il promis.

Navin Ramgoolam est aussi revenu sur l'acquisition des turbines à gaz, qui coûtera Rs 8,9 milliards aux contribuables. De plus, selon ses informations, cette transaction a été faite sans respecter les procédures. C'est pour cela qu'il mettra une commission d'enquête sur cet achat lorsqu'il reviendra au pouvoir.

Autre scandale mentionné par le leader des rouges est l'achat des tug-boats par la Mauritius Ports Authority (MPA). Le leader du Parti Travailliste affirme que le corps para-étatique n'est pas passé par un appel d'offres avant de procéder à l'exercice. Au passage, il en a profité pour égratigner Shekar Suntah, le directeur général de la MPA, qui est «PTr quand PTr au pouvwar et MSM kan MSM au pouvwar.»

L'ancien Premier ministre a profité de l'occasion pour réitérer son désaccord avec la proposition de réforme électorale. «Si la loi la passer nou pu bsin dessan» a-t-il mis en garde.

Plusieurs parlementaires ont subi les foudres de Navin Ramgoolam, à l'instar de Sudhir Sesungkur. Les mandats d'arrêt qui avaient été émis contre deux de ses proches suite à une altercation avec un photographe ont été bloqués, a-t-il révélé. Quant à Kalyan Tarolah, il déplore le fait que la Speaker ait dédouané le député à l'assemblée aujourd'hui.

Le député de la circonscription Nº10 a aussi été la cible d'Arvin Boolell. Selon le député rouge, si le Parlement était vraiment suprême, Kalyan Tarolah aurait dû démissionner. «Mme Speaker complice de sa connivence la. Nou coner line plan lord ailleurs.»

Ile Maurice

Chagos - Vote aux Nations unies, et après ?

Ils étaient 94 pays à avoir voté pour demander à la Cour internationale de justice (CIJ) de… Plus »

Copyright © 2018 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.