Algérie: Béatification des moines de Tibéhirine et de 12 autres religieux catholiques

Pour la première fois en monde musulman 19 religieuses et religieux vont être béatifiés ce samedi 8 décembre. La cérémonie va se dérouler à Oran à 13h au sanctuaire de Notre-Dame de Santa Cruz. Tous ont été assassinés dans les années 1990, la décennie noire en Algérie qui a fait plus de 150 000 victimes parmi lesquels 114 imams.

Ils sont 19 à être proclamés bienheureux ce samedi 8 décembre à Oran. L'Eglise catholique voit en eux des martyrs, ce qui veut dire témoins dans le langage chrétien, parce qu'assassinés au nom de leur foi chrétienne et de leur attachement à un peuple qu'ils n'ont pas voulu quitter quand celui était plongé dans la tourmente d'une effroyable guerre civile.

Affrontements entre l'armée et le GIA, le Groupe islamique armé, assassinats ciblés, c'est dans ce contexte politico-religieux qu'entre 1994 à 1996, six religieuses et treize religieux ont trouvé la mort. Parmi eux, les sept moines du monastère de Tibéhirine et Mgr Pierre Claverie évêque d'Oran.

C'est bien la mémoire non cicatrisée de cette décennie noire, sujet tabou en Algérie, qui fait de cette béatification un évènement exceptionnel mais dont la réception peut s'avérer délicate : en somme, pourquoi faire de ces religieux des saints quand en face 150 000 civils ont perdu la vie ? En faisant le choix d'Oran plutôt que du Vatican, l'Eglise honore aussi la mémoire de ces dizaines de milliers d'Algériens morts pour s'être opposés à la violence et au radicalisme.

Une messe rassemblant 1 300 personnes

La messe va se tenir dans l'église Santa Cruz sur les hauteurs d'Oran en présence environ de 1 300 personnes, les familles, les membres des congrégations des religieuses et des religieux, ceux de la petite Eglise d'Algérie. De nombreux imams ont été également invités.

Famille des victimes, voisins, membres de l'Eglise. La cathédrale était pleine à craquer pour la veillée de la première béatification qui aura lieu dans un pays musulman.

Mais cette béatification délicate reste un sujet délicat notamment concernant la façon dont elle va être reçue par le peuple algérien. « Le risque, c'est que tout d'un coup en Algérie ou dans le monde musulman, on se dise : "voilà une Eglise qui se gausse de ses 19 victimes quand nous on en a eu 200 000", dont une centaine d'imams, ce qui ne se sait pas du tout en France, soulignait il y a quelques mois Mgr Jean-Paul Vesco l'évêque d'Oran. L'imam de la mosquée qui était au bas de la Casbah, lors du prêche du vendredi suivant l'assassinat du frère Henri Vergès et de la Soeur Paul Hélène, a dénoncé cet assassinat et il a lui même été assassiné. Si c'est de cela dont on parle, alors évidemment, c'est plein de sens ».

C'est précisément le message de cette béatification exceptionnelle, une première en terre d'islam : des hommes et des femmes d'église ont été tués aux côtés de musulmans qui rejetaient la radicalisation et la violence .

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.