Madagascar: Kidnapping à Ambohimanarina - Une rançon d'un million d'ariary contre la libération d'un enfant

Impliqués dans le kidnapping d'un enfant de cinq ans à Ambohimanarina, trois individus dont deux femmes ont été livrés au Tribunal de Première instance à Anosy, hier.

Ils ont été arrêtés le jeudi 6 novembre après avoir été recherchés par la police depuis quelques jours. L'affaire remonte au 22 novembre dernier. Ce jour-là, la victime était dans son école quand les ravisseurs, qui ne sont autres que des amis de ses parents, l'ont enlevée. Ils auraient profité de cette amitié pour persuader les responsables de l'école. En effet, les parents de l'enfant, des commerçants, ne se sont rendus compte de cet enlèvement que lorsqu'ils ont reçu un appel téléphonique leur réclamant 5 millions d'ariary en échange de leur enfant. Surpris et ayant peur pour la vie de leur progéniture, le couple affirme avoir dit à la personne au bout du fil qu'ils étaient disposés à verser l'argent tout en négociant le montant de la rançon, étant donné que les preneurs d'otage leur ont interdit de contacter la police.

Après quelques jours de négociation, cette rançon a été abaissée à 1 million d'ariary et payable par mobile money. Ainsi, la somme a été versée conformément aux directives des kidnappeurs. Selon les informations émanant de la police qui se charge de l'affaire, l'enfant a été libéré après six jours de séquestration. C'était à ce moment-là que ses parents ont déposé une plainte auprès de la Brigade criminelle à Anosy, qui a par la suite ouvert l'enquête à partir des numéros de téléphones utilisés par les ravisseurs. La réquisition de ces numéros ont permis de localiser les malfrats, dont deux sont mari et femme.

Pour préparer son accouchement. Il est à noter que cette fois-ci, la victime est d'origine malgache et non « Karana » comme à l'accoutumée. L'enquête a révélé que l'une des kidnappeuses est enceinte. Les deux autres sont des époux. Avouant leur acte, ils affirment l'avoir commis à cause de la difficulté dans laquelle ils sont plongés. Enceinte, la première a dit que sa part d'argent sur la rançon de ce kidnapping a été utilisée dans la préparation de son accouchement. Quant aux deux autres, ils s'en sont servis pour fonder un petit commerce.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.