8 Décembre 2018

Tunisie: Un bilan plutôt positif...

Le président de l'Instance nationale de lutte contre la corruption (Inlucc), le bâtonnier Chawki Tabib, s'est félicité des acquis réalisés durant ces deux dernières années en matière de lutte contre la corruption et de bonne gouvernance, dont notamment l'adoption de plusieurs textes de loi qui ont contribué à l'amélioration de l'image de notre pays, citant dans ce contexte la loi relative à la protection des lanceurs d'alerte et celles portant sur la déclaration de patrimoine et d'intérêts et de lutte contre l'enrichissement illicite et le conflit d'intérêts, ainsi que la loi d'accès à l'information, en plus de la promulgation du décret d'application relatif au Pôle judiciaire économique et financier, et l'adoption des textes régissant le cadre juridique, institutionnel et organisationnel de l'Inlucc.

L'intervention du bâtonnier s'instaure dans le cadre des travaux du 3e Congrès national de lutte contre la corruption, organisé à Tunis les 7et 8 décembre par l'Inlucc, en partenariat avec le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), et avec l'appui de l'Agence coréenne de coopération internationale (Koika), et la contribution de l'Organisation de coopération et de développement économiques (Ocde) avec la participation de nombreux invités et intervenants nationaux et internationaux.

Organisé à l'occasion de la Journée nationale et internationale de lutte contre la corruption, ce colloque permettra le suivi et l'évaluation de la stratégie nationale de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption 2017-2018 et la présentation de l'état des lieux de l'implémentation de cette stratégie à l'issue de deux ans de mise en œuvre.

Chawki Tabib a, par ailleurs, appelé l'ARP à accélérer la publication des décrets permettant l'application de certains textes de loi liés à la stratégie de lutte contre la corruption et de s'investir davantage dans cette lutte en dotant les organismes concernés de moyens appropriés , appelant aussi à l'élection au plus vite des membres de l'Instance de la bonne gouvernance et de la lutte contre la corruption, loin des calculs partisans étroits.

Le président de l'ARP rassure

Donnant le coup d'envoi de ces travaux, le président de l'ARP, M. Mohamed Ennaceur, a souligné l'importance des mécanismes de suivi et d'évaluation pour la stratégie nationale en la matière, ce qui permettrait de faire le point autour de l'application des actions de la lutte contre la corruption qui sape les efforts de développement. «Cette lutte contre le fléau de la corruption est au cœur des priorités, elle ne peut être conjoncturelle ou entachée de partialité, ce qui explique notre totale adhésion à ce processus par le biais de l'adoption de plusieurs textes de loi», fait-il remarquer.

Répandant à la demande du président de l'Inlucc, il a annoncé l'organisation, dans les plus brefs délais, des élections relatives aux membres de l'Instance de la bonne gouvernance et de la lutte contre la corruption.

La lutte contre la corruption reflète l'image d'une société démocratique et bien équilibrée à laquelle nous aspirons tous, et pour cela on a besoin d'ancrer dans nos habitudes une culture contre la corruption, a-t-il souligné.

Intervenant dans ce cadre, M. El Kebir Alaoui, représentant du Programme des Nations unies pour le développement en Tunisie (Pnud), a mis en exergue certains acquis de notre pays dont l'implication de l'ARP dans le cadre de la mise en œuvre de cette stratégie qui vise à affermir la volonté publique en insufflant une dynamique de changement dans ce domaine, encourager la participation citoyenne et améliorer la transparence et l'accès à l'information dans l'organisation du service public.

Il a félicité la réussite de la mise en œuvre, dans le cadre de cette stratégie, des îlots d'intégrité dans les secteurs qui impactent le plus en termes de réduction des risques de corruption et d'amélioration de la confiance des citoyens, comme dans certains postes de police et de la garde nationale, ainsi qu'au niveau des services de la douane au port de La Goulette et dans l'un des hôpitaux à Djerba. Néanmoins, quelques carences subsistent encore au niveau de la mise en œuvre de cette stratégie et qui sont en lien notamment avec l'institutionnalisation d'un mécanisme pour la supervision, l'établissement d'un plan de communication national, l'accroissement du rôle du public en tant qu'«œil vigilant», ainsi que sur le plan des procédures de recrutement et promotion.

L'Inlucc a mis en place à l'occasion de ce congrès un bureau fixe pour recevoir les déclarations de patrimoine et des intérêts. Par ailleurs, deux conventions de partenariat ont été signées avec l'Union nationale de la femme tunisienne et Tunisie Valeurs.

Les travaux de ce troisième congrès s'achèveront aujourd'hui 8 décembre en présence du chef de gouvernement Youssef Chahed, alors que le coup d'envoi a été donné par le président de l'ARP, Mohamed Ennaceur. Un message fort qui vise à confirmer l'engagement des deux pouvoirs législatif et exécutif dans la lutte contre la corruption.

Chiffres clés 2017-2018

Nombre de cas de dénonciation :

- 9.027 en 2016

- 9.189 en 2017

Nombre de requêtes reçues par l'Inlucc :

- 2.198 en 2016

- 5.223 en 2017

Tunisie

CAN 2019 - L'année de la Tunisie?

Régulièrement en quart de finale de la CAN, la Tunisie, cette année doit franchir un palier.… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.