8 Décembre 2018

Tunisie: Des distinctions, oui mais...

Excepté Hind Sabri qui réussit une carrière en Egypte, les autres actrices ont soit très peu apparu au cinéma à l'instar de Amal Hedhili réapparue dans «Tunis by night» d'Elyès Baccar, soit elles ont carrément abandonné le domaine et sont tombées dans l'oubli.

Plusieurs acteurs et actrices se plaignent que les réalisateurs ne leur fassent plus appel lorsqu'ils reçoivent un prix dans un festival. C'est le cas de Lamine Nahdi, roi de la comédie en Tunisie, qui n'a décroché qu'un rôle dans le film «Sois mon amie» de Nacer Ktari après le prix du meilleur acteur qui lui a été accordé aux JCC pour son rôle dans «Arab». Depuis, il se contente de ses one man show qu'il réussit avec brio. Parmi les acteurs primés qui n'ont plus joué dans des films : Sélim Boughedir, meilleur prix d'interprétation masculine aux JCC 1990 pour «Halfaouine, l'enfant des terrasses» de Férid Boughedir, Adel Kechiche meilleur acteur au festival de Damas (Syrie) et Namur (Belgique) 1992 pour «Bezness» de Nouri Bouzid. Adel Kechiche, a réalisé une carrière fulgurante en tant que réalisateur en France et obtenu la Palme d'or à Cannes avec son film «La vie d'Adèle».

Plus récemment, Raouf Ben Amor, acteur de théâtre et de cinéma, a remporté, après une longue carrière, le prix d'interprétation masculine au FIF du Caire 2017 pour son rôle dans «Tunis by night» d'Elyès Baccar. Abdelmonem Chouayet a, pour sa part, obtenu le prix du meilleur acteur aux JCC 2017 et au festival du cinéma arabe d'Oujda 2018 pour «Mustapha Z» de Nidhal Chatta. Mohamed Dhrif, comédien de théâtre, a été sacré meilleur acteur au festival du cinéma d'El Gouna (Egypte) 2018. Ahmed Hafiane a lui aussi été gratifié du prix du meilleur acteur aux JCC 2018 pour «Fatwa» de Mahmoud Ben Mahmoud. Auparavant, il avait campé le rôle principal dans «Le Professeur» du même réalisateur.

Toutes ces distinctions devraient, en principe, ouvrir grandes les portes à ces acteurs et actrices dont certains sont contraints soit de changer de métier à l'issue d'une apparition orpheline dans un film, soit de poursuivre une carrière au théâtre ou dans de rares fictions télévisées. Etre acteur est un métier à part entière qui mérite plus de considération et surtout de protection. On ne peut pas s'improviser acteur du jour au lendemain. Une carte professionnelle devrait assurer la protection de ces artistes pour qu'ils puissent jouer leur rôle pleinement.

Tunisie

Le beau-frère de l'ex-président tunisien Ben Ali arrêté en France

En France, Belhassen Trabelsi, le beau-frère de l'ex-président tunisien Zine el-Abidine Ben Ali, a… Plus »

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.