9 Décembre 2018

Niger: L'opérateur Airtel obligé de fermer pour non-paiement d'impôts

Au Niger, après Orange, c'est désormais au tour de l'opérateur de télécoms du pays, Airtel Niger, de subir une fermeture de ses locaux. La mesure a été prise, samedi 8 décembre, par les autorités nigériennes, pour « non-paiement d'impôts ». L'opérateur le plus important du pays, qui revendique 4,4 millions d'abonnés, conteste cette décision.

Des locaux fermés sous scellés et un redressement fiscal à régulariser au plus vite. Pour Airtel, cette mesure tombe comme un couperet. L'opérateur conteste les réclamations d'impôts émises par les autorités. Il s'agit là d'une « demande disproportionnée représentant environ 70 % des revenus annuels de la société », lit-on dans un communiqué.

Cette filiale du groupe indien Bharti estime qu'il n'y a pas de « justifications en fait et en droit ». Airtel regrette « la rapidité avec laquelle les explications étayées ont été rejetées » par les autorités. Néanmoins, l'opérateur se dit toutefois ouvert aux discussions pour trouver « une issue mutuellement acceptable ».

Cette mesure intervient quelques jours seulement après la fermeture des bureaux administratifs de la société Orange à qui le fisc réclame 22 milliards de FCFA d'arriérés d'impôts. Elle intervient également quelques jours après une mission du Fonds Monétaire international qui encourage l'administration nigérienne à « mobiliser les recettes » tout en procédant à « l'apurement des arriérés de paiements intérieurs ».

Vendredi, l'Assemblée nationale a voté le rétablissement partiel de la taxe sur les appels internationaux qui, en 2017, avait rapporté au fisc près de 20 milliards de FCFA.

Niger

Lac Tchad - Appel à poursuivre le plan d'action contre l'insécurité

Le Forum sur la stratégie régionale du bassin du Lac Tchad contre Boko Haram a pris fin ce vendredi 19… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.