8 Décembre 2018

Afrique: L'AfricaMuseum renaît sous une nouvelle forme

Le musée royal d'Afrique centrale (Africa Museum) à Tervuren, en Belgique, rouvre ses portes ce samedi 8 décembre. Après cinq ans de rénovation, il ambitionne de présenter un regard critique sur le passé colonial.

"Je suis très fier et honoré de vous accueillir ici aujourd'hui, exactement 120 ans après la création du musée du Congo, dans notre nouveau musée, avec une nouvelle trame sur notre passé colonial et sur l'Afrique contemporaine."

Guido Gryseels, le directeur du musée de l'Afrique centrale, adresse son mot de bienvenue aux journalistes présents. Pendant un quart d'heure, il déroule les ambitions du nouveau musée.

Cette présentation sur la décolonisation des arts soulève certains espoirs auprès des scientifiques et des artistes venus de RDC.

"Apparemment, le musée vient de faire un pas qui peut être considéré comme une ouverture. Accordons leur le temps, comme ça, on va voir s'ils restent sur la colonisation ou s'ils vont ouvrir des portes", explique Geraldine Tobe, une jeune plasticienne.

Ouvrir ses portes c'est ce autour de quoi s'articule le discours bien huilé des membres du musée. Bambi Ceupens est commissaire en chef de l'exposition permanente dans le département des sciences humaines. "Ce qui m'a vraiment frappée et que j'ai trouvé émouvant c'est quand j'ai vu des écrans avec des Africains qui parlent ! Pour la première fois, j'avais l'impression qu'on était dans un musée qui vit. Pour ce musée, c'est une révolution et je pense que cela fonctionne très bien", se réjouit-elle.

Par ailleurs, la question sur la restitution des œuvres d'art africaines s'est invitée au cours de la conférence de presse. Bien qu'elle ait été éludée par le personnel du musée, elle n'a pas manqué de faire réagir dans la salle.

Le professeur Dibwe est historien à l'université de Lubumbashi et pour lui, il n'y a rien de nouveau dans ce discours concernant la restitution des œuvres.

"En fait la restitution a commencé il y a longtemps. Ce discours a commencé avec nos ancêtres. Il y a un problème de patrimoine. Evidemment c'est notre patrimoine. Evidemment, il faut faire la part des choses, il y a des œuvres qui ont été données comme des dons par les chefs coutumiers. Mais il y a aussi des dons qui on été pillés. Maintenant, le travail c'est de savoir la provenance de ces différentes œuvres. Nous n'avons pas d'infrastructures c'est vrai, mais est ce que nous n'avons pas de place? Il n'y a pas que le musée de Kinshasa, il y a aussi le musée national de Lubumbashi qui a des salles et de la place", rappelle le professeur.

Le débat sur la restitution des œuvres d'art avait déjà été amorcé dans les années 70 par Mobutu. 144, c'est le nombre d'objets que la Belgique avait rendu au Zaïre à l'époque. Ces objets furent entreposés au musée national du Congo. Certaines de ces œuvres auraient été volées à la chute du régime de Mobutu.

Afrique

CAN-2019/Sénégal - Algérie (J-1) - Déclarations de joueurs algériens

Déclarations de joueurs de l'équipe nationale de football, recueillies par l'APS, dans la zone mixte… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.