Afrique: Le pacte de l'ONU sur les migrations adopté à Marrakech

Photo: New Times
Photo d'un garde-côte libyen montrant un navire de 490 migrants africains se dirigeant vers l'Europe par la mer Méditerranée.

Le Pacte mondial sur les migrations de l'ONU a été adopté, ce lundi matin, à Marrakech par plus de 150 pays. Une proclamation orale et un coup de marteau puisque la ratification aura lieu le 19 décembre en assemblée générale à New York.

Le texte doit renforcer la coopération internationale pour promouvoir des migrations sûres, ordonnées et régulières. Non contraignant, il se heurte pourtant aux attaques des populistes de tout crin. Certains pays s'en sont même retirés, mais ceux qui accueillent le plus de migrants sont bien présents au Maroc.

De nombreux pays n'ont finalement pas fait le déplacement à Marrakech au Maroc, mais les pays qui comptent sur la question migratoire internationale ont bien répondu présents.

En effet, rappelons que les pays qui accueillent le plus grand nombre de réfugiés et de migrants sont la Turquie, le Pakistan, le Soudan, l'Iran ou proportionnellement à sa population, le Liban.

Le texte, tout comme le droit international, fait la distinction entre le statut de réfugié de celui de migrant. Mais il réaffirme surtout un certain nombre de principes et de règles qui protègent toutes les personnes contraintes de se déplacer, pour quelque motif que ce soit. Il vise à lutter contre le trafic d'êtres humains.

Un Pacte qui fracture

C'est surtout au sujet des migrants que les critiques sont apparues. Mais en réalité, le lien entre le refus d'adhérer à la démarche de l'ONU, et l'accueil ou non de migrants n'est pas simple. L'Allemagne par exemple, qui accueille le plus grand nombre de réfugiés, mais aussi de travailleurs migrants, y adhère.

L'Italie, premier pays d'arrivée par la Méditerranée, rejette le texte. Tout comme le gouvernement polonais dont le discours est fermement opposé à l'immigration. Pourtant l'an dernier la Pologne a délivré quatre fois plus de permis de travail à des migrants hors Union européenne qu'en 2015. Des migrants principalement venus d'Ukraine.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.