10 Décembre 2018

Afrique: Coupe du Monde Féminine - Du pain sur la planche pour Banyana Banyana, Lionnes Indomptables et Super Falcons

La FIFA a procédé le samedi 8 décembre 2018, à Paris, au tirage au sort de la phase finale de la Coupe du Monde féminine qui se déroulera du 7 juin au 7 juillet en France.

Trois pays africains étaient concernés par cette cérémonie, le Nigeria qui a remporté il y a quelques jours au Ghana son 9e titre de champion d'Afrique, l'Afrique du Sud, 2e, et le Cameroun 3e. Et aucun des trois ne peut dire avoir bénéficié d'un tirage au sort favorable.

Groupe A: Nigeria, France, Norvège, Corée du Sud

Groupe B: Afrique du Sud, Allemagne, Chine, Espagne

Groupe E: Cameroun, Canada, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas

Nigeria

Le Nigeria est dans le groupe du pays organisateur ce qui n'est jamais considéré comme un cadeau, d'autant que les Bleues sont solides, efficaces et figurent dorénavant dans le haut du panier.

La Norvège est un pays de lointaine tradition de football féminin comme en témoigne son titre mondial en 1999. Dans ces années-là elle s'est souvent illustrée en Coupe du Monde accédant plusieurs fois au podium. La Corée du Sud fait partie de ces pays d'Asie qui ont énormément progressé dans ce type de compétition et dont il faut se méfier.

La République de Corée est l'une des meilleures défenses des qualifications pour France 2019, toutes confédérations confondues. Les Guerrières Taegeuk n'ont encaissé qu'un seul but en huit matches, pour 30 marqués.

Si le Nigeria partage avec la Norvège et quelques autres le fait d'avoir participé à toutes les éditions de l'épreuve, la comparaison s'arrête là.

Son parcours en Coupe du Monde est une série d'échecs. A cinq reprises, les Super Falcons ont terminé quatrième de leur groupe, une autre fois 3e.

Leur meilleure performance remonte à l'année 1999 et une place de quart de finaliste avec une défaite très honorable, aux tirs au but, contre les Brésiliennes. Même avec la figure de proue Asisat Oshoala et quelques autres comme Desire Oparanozie, ce sera dur, très dur.

Une dernière référence, le Nigeria a, par exemple, rencontré à deux reprises l'équipe de France. Lors de la Coupe du Monde 2011 en Allemagne, les Super Falcons avaient donné du mal aux Bleues, mais s'étaient inclinées 0-1, tandis que lors d'un amical en 2016, elles avaient encaissé un sévère 8-0.

Afrique du Sud

L'Afrique du Sud abordera la compétition sur la pointe des pieds. C'est un peu le lot de tous les pays qui pénètrent pour la première fois sur une pelouse de Coupe du Monde. Elle doit sa présence à sa finale lors de la Coupe d'Afrique des Nations.

Les Banyana Banyana avaient créé la sensation en faisant chuter d'entrée (1-0) les étoiles nigérianes. Deux semaines plus tard, peut-être un peu trop sûres de leur bonne étoile à elles, elles avaient succombé, après un match sans but, aux tirs au but et s'étaient ainsi vues privées de la couronne qu'elles avaient inconsciemment déjà fixées sur leur tête.

Leur problème, comme c'est souvent le cas pour les équipes africaines, femmes comme hommes, c'est leur manque de matches internationaux. On n'est pas en Coupe d'Afrique mais en Coupe du Monde.

Et dans le groupe des Sud-Africaines on trouve l'Allemagne, deux fois titrée, et encore quatrième lors de la dernière édition. On côtoie les hautes sphères.

La Chine avait montré de grandes aptitudes dans les années 90 mais a depuis baissé le pied cédant le leadership asiatique aux Japonaises.

En tout cas méfiance, méfiance. Reste l'Espagne, un adversaire qui ne possède pas le même pedigree que les deux autres, autrement dit un adversaire à la portée des protégées de Desiree Ellis.

Parmi elles on aura un regard admiratif pour la défenseure Janine Van Wyk qui joue aux USA au Houston Dash. La défenseure de 33 ans a porté à plus de 150 reprises le maillot des Banyna Banyana. Respect...

Cameroun

Les Lionnes Indomptables seront bras dessus, bras dessous avec les Super Falcons et les Banyana Banyana les troisièmes ambassadrices du football féminin africain en France.

Le Cameroun est, depuis quelques années, une des puissances montantes du football féminin. Finaliste des CAN 2014 et 2016, demi-finaliste il y a quelques jours au Ghana et finalement troisièmes sur la marche qu'il ne fallait manquer à aucun prix car dernière qualificative pour le Mondial.

Les élèves de Joseph Ndoko participeront pour la deuxième fois d'affilée au rendez-vous de l'élite mondiale. Il y a trois ans, au Canada, elles avaient échoué de peu en huitième de finale face aux Chinoises (0-1). Auparavant elles avaient battu l'Equateur et la Suisse, butant de justesse face aux Japonaises (1-2).

Petit à petit les joueuses se sont fait un nom sur la scène internationale à l'image d'une Gabrielle Onguéné, d'une Gaelle Enganamouit ou de la toujours jeune Christine Manie qui fêtera ses 35 ans peu avant le coup d'envoi de la Coupe du Monde.

Christine Manie est un peu la joueuse fétiche de l'équipe. Elle a offert dans les arrêts de jeu les deux qualifications de l'histoire des Lionnes pour la Coupe du Monde Féminine.

Après avoir marqué contre la Côte d'Ivoire en demi-finale de la CAN 2014 le but synonyme de ticket pour Canada 2015, elle a remis cela face au Mali en 2018 pour envoyer à nouveau les Camerounaises sur la scène mondiale.

Au menu des Lionnes, les Canadiennes ou Canucks, 5es mondiales au moment du tirage au sort, les Néerlandaises, championnes d'Europe en titre, et les Néo-Zélandaises.

La prudence est de mise. Tout dépendra de la préparation et surtout des matches internationaux que les trois équipes pourront disputer. Si une Coupe du Monde était si facile, il y a longtemps que les Nigérianes y auraient tracé leur voie. Ce qui n'a, à ce jour, jamais été le cas.

Le calendrier des équipes africaines

Samedi 8 juin

(13H00/Gr.A) Norvège - Nigeria, à Reims

(16H00/Gr.B) Espagne - Afrique du Sud, au Havre

Lundi 10 juin

(19H00/Gr.E) Canada - Cameroun, à Montpellier

Mercredi 12 juin

(13H00/Gr.A) Nigeria - Corée du Sud, à Grenoble

Jeudi 13 juin

(17H00/Gr.B) Afrique du Sud - Chine, à Paris

Samedi 15 juin

(16H00/Gr.E) Pays-Bas - Cameroun, à Valenciennes

Lundi 17 juin

(16H00/Gr.B) Afrique du Sud - Allemagne, à Montpellier

(19H00/Gr.A) Nigeria - France, à Rennes

Jeudi 20 juin

(16H00/Gr.E) Cameroun - Nouvelle-Zélande, à Montpellier

Les horaires sont en heures GMT.

Afrique

2019/ 2020 - La BAD dévoile les prévisions de croissance sur le continent

Le rapport sur les Perspectives économiques en Afrique pour 2019 présentés hier par la Banque… Plus »

Copyright © 2018 Confederation of African Football. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.