10 Décembre 2018

Sénégal: Transit de Karim Wade au Maroc en route pour le Sénégal - Me Amadou Sall dement l'information

Le candidat à la candidature du Pds à l'élection présidentielle de février prochain, Karim Wade, ne serait pas en transit au Maroc pour rejoindre le Sénégal. C'est l'éclairage de l'ancien ministre de la Justice sous Me Wade, Me Amadou Sall, lors de l'émission Jury du dimanche de la radio Iradio, du dimanche 9 décembre. La robe noire reste, par ailleurs, formelle que le fils de l'ancien président ne paiera rien à son arrivée.

La rumeur qui circulait ces temps-ci sur la présence du fils de l'ancien président, non moins candidat du Parti démocratique sénégalais (Pds) à la candidature à la présidentielle prochaine, au Maroc pour le chemin du retour au bercail ne serait pas réelle.

Ce démenti est du conseil de Karim Wade, Me Amadou Sall sur les ondes de la radio privée Iradio, lors de l'émission Jury du dimanche d'hier, 9 décembre. L'ancien ministre de la Justice sous Me Wade révèle qu'aux dernières nouvelles, Karim Wade se trouverait à Doha, contrairement aux allégations qui circulent.

Toutefois, il a tenu à préciser que «le retour de Karim Wade est sérieux», contredisant ainsi ceux qui pensent que le Pds est dans une stratégie de communication. Cela, sans pour autant donner la date exacte de la venue du candidat du parti, même s'il soutient que «cela peut être plut tôt que prévu».

Se prononçant, en outre, sur la contrainte au corps qui attend Karim Wade, obligé de payer l'amende de 138 milliards retenue par la Crei pour éviter de retourner en prison, le porte-parole du Pds se veut catégorique. Pour lui, «Karim Wade ne paiera aucun centime».

Donc, il est clair que le Pds ne monnaiera pas la liberté de son candidat. Sur ce cas d'ailleurs, il s'en est pris au président Macky Sall qui avait annoncé sa disponibilité à accorder l'amnistie à Karim et à Khalifa Sall.

De l'avis de l'avocat de Karim Wade «la seule chose qui intéresse Macky, c'est que Karim ne soit pas candidat.

Dire qu'il est disposé à l'amnistier après une réélection est une insulte au peuple sénégalais. C'est une insulte de dire "J'ai gracié Karim. S'il reste hors du pays, tout va bien. S'il rentre, il nous doit 138 milliards, donc on va le mettre en prison».

Après le dépôt de sa caution, la semaine dernière, Me Amadou Sall a annoncé que dès aujourd'hui, lundi 10 décembre, le Pds procédera au dépôt du nom de la coalition et de la déclaration de candidature de son candidat au Conseil Constitutionnel.

Sénégal

Quand l'industrie de farine de poisson détourne la nourriture et les moyens de subsistance

Greenpeace Afrique demande aux gouvernements des pays d’Afrique de l’Ouest de mettre fin à… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.