10 Décembre 2018

Cote d'Ivoire: Bounkani - La fondation "La rentrée du cœur" offre une école de 6 classes à Sakouor

La joie était à son comble et l'émotion grande à la remise des clés de l'école primaire publique (Epp) Sakouor, une localité située à 32 kilomètres de la ville de Bouna et à une dizaine de kilomètres du Burkina Faso.

Le samedi 8 décembre 2018, en marge de la sixième édition du Festival de danses traditionnelles du Bounkani (Festibo), le président de la fondation "La rentrée du cœur", René Yedieti Silué, a effectué le déplacement pour venir toucher du doigt la réalité de cette zone aux confins de la Côte d'Ivoire et à la lisière de la frontière du Burkina Faso.

L'œuvre, une école de six (6) classes construite par la Fondation et équipée par le Conseil régional du Bounkani où flotte fièrement le drapeau ivoirien se dresse comme une zone tampon à la déperdition de l'intelligentsia de cette partie du pays.

Pour l'heure cette école où les inscriptions se poursuivent compte 135 élèves dont 98 inscrits au Cours préparatoire première année (Cp1).

C'est d'ailleurs pourquoi, malgré la fin des assises de la carte scolaire de la rentrée scolaire 2018-2019, l'administration préfectorale de Bouna a pesé de tout son poids pour l'ouverture de cet établissement. « Nous sommes à la lisière du Burkina Faso.

Nous subissons la déperdition de l'intelligentsia puisque ces populations traversent la frontière... », a déploré Richard Zemin Bi, sous-préfet central de Bouna. Et de se réjouir : « Par la création de cette école vous nous récupérez le territoire ivoirien qui est en train de nous échapper... »

Poursuivant, il a demandé aux populations de capitaliser cette école avant de leur demander de déclarer les enfants à l'état civil pour éviter les risques d'apatridie.

En reconnaissance à cette action, les populations de Sakouor ont fait don d'un bœuf, de cinq (5) béliers, des volailles...à partager entre les acteurs qui ont contribué à la construction de cette école qui permettra aux enfants des six villages aux alentours pour ne plus échapper au système éducatif ivoirien.

En plus, ses populations ont tenu à élever M. Yedieti Silué au rang de grand chef traditionnel du Bounkani. Pour ses parures de chef, il a reçu, un arc, des tenues birifor, lobi et koulango. Il porte désormais dans le Bounkani, le nom "Sonson" qui veut dire celui qui aide.

Prenant la parole, M.Yedieti Silué a expliqué que la fondation "La rentrée du cœur" a pour vocation de s'investir, entre autres, dans l'éducation, les infrastructures pour le bien-être des populations.

Le donateur a demandé aux populations d'envoyer leurs enfants à l'école. Avant de promettre que les trois premiers de chaque classe recevront gratuitement des fournitures scolaires.

Après avoir exprimé toute sa reconnaissance et celle des populations à M. Yedieti Silué, le président du Conseil régional du Bounkani, Philippe Hien a soutenu qu'on ne peut rien attendre d'une population qui n'est pas allée à l'école. « Nous n'arrivons qu'à construire cinq (5) écoles par an et une par département.

Et cela avec un budget 600 millions de FCFA pour toute la région. En quatre (4) ans, nous avons construit une trentaine d'écoles primaires », a-t-il relevé. Toute chose qui permet de mesurer l'immensité des besoins de la région face à la modicité des moyens.

Et d'ajouter qu'avant qu'il ne prenne la tête de la région, ces populations pensaient être au Burkina Faso. « Loin des réalités du développement quelque part, là où réside des Ivoiriens qui, oubliés des leurs se sont appropriés une nationalité tout autre, la profondeur de l'amour a engendré de l'espoir et de l'espérance mais aussi de la fierté », s'est réjoui le président Hien, tout en rendant hommage à M. Yedieti Silué.

Cote d'Ivoire

Résolutions du Conseil des Ministres de l'UMOA tenue à Dakar, le 22 mars 2019

Le Conseil des Ministres de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) a tenu sa première… Plus »

Copyright © 2018 Fratmat.info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.