Tunisie: Les pays du CCG appellent à une coopération dans la lutte contre le terrorisme

Alger — Plusieurs recommandations dont l'appel à une coopération pour éliminer le terrorisme ont été adoptées au terme des travaux du 39e sommet annuel du Conseil de coopération du Golfe (CCG) ayant pris fin dimanche soir à Ryadh (Arabie Saoudite).

Les dirigeants des pays membres du CCG ont ainsi insisté sur l'élaboration d'une défense commune et individuelle pour faire faire face au réseaux terroristes et déjouer également les actes susceptibles d'être commis par

certaines milices et groupes armés visant à saper les ressources et la richesse des pays de la région indique l'agence de presse APS.

Dans ce contexte, l'accent a été mis sur le rôle crucial du CCG dans le maintien de la sécurité et de la stabilité dans la région et la lutte contre les organisations terroristes grâce à l'intégration sécuritaire des

Etats du CCG, en mettant à profit le travail avec les partenaires de la communauté internationale.

Sur le plan économique, les dirigeants du Golf ont convenu de respecter l'engagement pour achever les étapes d'intégration économique entre les pays du CCG et appliquer, intégralement, les dispositions de l'accord

économique, en éliminant tous les obstacles et difficultés rencontrés dans la mise en œuvre des décisions d'action commune, et la promulgation des règlements législatifs nécessaires pour réaliser l'unité économique entre les Etats du CCG d'ici 2025.

Les travaux du sommet se sont déroulés en l'absence de l'émir du Qatar, Cheikh Tamim Ben Hamad al-Thani, en raison de la rupture des relations diplomatiques entre son pays et quelques pays du CCG. Invité, l'émir a été représenté par le numéro deux de sa diplomatie, le secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, Sultan al-Merrikhi.

Toutefois, le roi Salmane ben Abdelaziz Al Saoud d'Arabie saoudite, a défendu dans un bref discours inaugural la nécessité de "préserver l'entité qu'est le CCG".

De son côté, l'émir du Koweït, cheikh Sabah al-Ahmed al-Sabah, qui a tenté une médiation entre le Qatar et ses voisins, a appelé à contenir cette crise, la plus grave de l'histoire du CCG.

Il a invité à "mettre fin aux campagnes de presse ayant semé la discorde (entre les peuples de la région) pour préparer le terrain à une réconciliation".

En juin 2017, l'Arabie saoudite, les Emirats, Bahreïn --un autre membre du CCG-- et l'Egypte ont rompu tout lien avec Doha, accusé de soutenir des groupes terroristes.

Outre les liens diplomatiques, ils ont mis fin à toute relation économique et commerciale avec le Qatar qui, pour sa part, a décidé de quitter en janvier prochain l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep),

dominée par l'Arabie saoudite.

Le CCG comprend également le Koweït et Oman, qui sont restés à l'écart de ce différend.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Tunis Afrique Presse

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.