10 Décembre 2018

Cameroun: Développement du Capital humain - La Banque mondiale en appui au pays

Assurance réitérée récemment au cours de la présentation du rapport sur le renforcement de ce facteur, au siège de l'institution financière à Yaoundé.

« Le capital humain est souvent le seul capital des personnes les plus pauvres. C'est un des facteurs essentiels d'une croissance économique durable et inclusive. Pourtant, les investissements dans la santé et l'éducation n'ont pas reçu l'attention qu'ils méritent » déplore le président du Groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim. Pourtant l'indice de capital humain établit un lien direct entre l'amélioration de la santé et l'éducation des populations, la productivité et la croissance économique. « J'espère qu'il encouragera les pays à prendre des mesures urgentes et à investir plus et mieux dans leur population», poursuit Jim Yong Kim. En fait l'indice du capital humain est un outil qui permet de mesurer les pertes de productivité économique subies par les pays qui sous-investissent dans leur population. Il est donc important de tenir le bon indice pour ne pas rater le train de la croissance économique, car en 2017, l'indice de capital humain du Cameroun est légèrement inférieur à la moyenne de sa région et inférieur à la moyenne de son groupe de revenus.

La banque mondiale est en tout cas disposée à accompagner le Cameroun dans l'amélioration de son capital humain qui entre 2012 et 2017 a reculé, passant de 0,41 à 0,39. Au cours d'une présentation en fin de semaine dernière à Yaoundé, des responsables de la Banque mondiale ont dressé l'état de l'indice de capital humain au Cameroun. On peut par exemple lire qu'au Cameroun, l'indice de capital humain des filles est inférieur à celui des garçons avec une nette différence en scolarisation. Le rapport de la Banque mondiale indique entre autres qu'un enfant né aujourd'hui sera productif à 39 % de son plein potentiel à l'âge adulte s'il bénéficie d'une éducation complète et de la pleine santé ; 92 enfants sur 100 survivent jusqu'à l'âge de cinq ans ; un enfant qui commence l'école à quatre ans peut espérer avoir accompli 9,1 années d'études à l'âge de 18 ans.

Des défis énormes s'imposent donc au Cameroun. Il faut par exemple améliorer l'équité (genre, régions, revenus) et l'efficience des services de santé et d'éducation ; tout en aidant les familles les plus pauvres à investir à travers des filets sociaux ciblés et un bon suivi de l'utilisation des services. L'amélioration de l'accès aux services de base et l'investissement en sources durables dans le capital humain sont d'autres points à revoir.

Cameroun

Route Mora-Dabanga-Kousseri - La deuxième phase des travaux lancée

Cette étape lancée samedi dernier à Mora concerne la réalisation physique du projet que va… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.