Afrique: Maintien de la paix - Washington pose des préalables

Les Etats-Unis ont posé des conditions drastiques à un éventuel financement par l'ONU de futures opérations de paix africaines.

Le projet des trois membres africains actuels du Conseil de sécurité (Ethiopie, Guinée équatoriale et Côte d'Ivoire), soutenus par la France et la Chine, prévoit « au cas par cas » la possibilité d'un financement onusien allant jusqu'à 75% du coût d'opérations menées par des Africains.

Pour ses concepteurs, le projet vise à avoir « une résolution-cadre qui fixe le principe d'un co-financement » pour l'avenir, explique un diplomate sous couvert d'anonymat. Ensuite, il y aura des choix en fonction des missions, avec un mandat de l'Union africaine (UA) endossé par une résolution du Conseil de sécurité, ajoute-t-il.

Parmi ses conditions, Washington, premier contributeur financier à l'ONU et qui cherche à réduire ses dépenses, demande que l'UA fournisse un rapport au Conseil de sécurité d'ici à six mois sur ses efforts pour protéger les droits humains, renforcer ses capacités de financement et améliorer la discipline de ses troupes.

Les Etats-Unis réclament aussi que le secrétaire général de l'ONU fasse ensuite un rapport sur la capacité de l'UA à mener de « futures opérations de paix » sur la base « de normes équivalentes à celles qui prévalent pour les opérations de paix de l'ONU » actuelles en Afrique.

Ce n'est qu'après ces rapports que le Conseil de sécurité examinera un éventuel financement de l'ONU des opérations africaines, exige aussi Washington en fixant à décembre 2019 l'échéance pour une éventuelle décision. « C'est plus des demandes d'éclaircissements que des oppositions de principe » qui ont été formulées, a affirmé le président en exercice du Conseil de sécurité, l'ambassadeur ivoirien, Léon Kakou Adom, dans une allusion implicite à la réticence des Etats-Unis à voir l'ONU financer des opérations africaines.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.