Algérie: Conférence nationale sur le principe de l'exception d'inconstitutionnalité

Alger — Les travaux de la conférence nationale sur le principe de l'exception d'inconstitutionnalité, organisée par le ministère de la Justice en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) ont débuté lundi au Centre internationale des conférences (CIC) à Alger.

Le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci, le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh et des membres du gouvernement ont assisté à la séance d'ouverture de cette conférence qui durera deux jours .

Le principe de l'exception d'inconstitutionnalité avait été consacré par la Constitution révisée en 2016 et sera effectif à partir de mars 2019.

Cette disposition légale est une procédure qui permet à l'une des parties au procès de contester une disposition législative si elle estime qu'elle porte atteinte à ses droits et libertés garantis par la Constitution.

A travers cette nouvelle disposition, tout citoyen, toute personne physique ou morale, de droit public ou privé y compris une personne étrangère reconnue par le droit algérien, peut invoquer l'exception devant n'importe quelle juridiction relevant de la cour suprême ou du Conseil d'Etat.

L'exception d'inconstitutionnalité peut être soulevée devant toute juridiction relevant de l'ordre judiciaire ordinaire ou administratif, en première instance, en appel ou en cassation.

Les conditions de recevabilité d'une exception d'inconstitutionnalité sont les suivantes: la disposition législative contestée détermine l'issue du litige ou constitue le fondement des poursuites, la disposition législative n'a pas déjà été déclarée conforme à la Constitution par le Conseil constitutionnel, l'exception d'inconstitutionnalité doit présenter un caractère sérieux.

La recevabilité d'une exception d'inconstitutionnalité est examinée en priorité par la juridiction devant laquelle elle a été soulevée.

Les modalités d'application de ce principe, introduit pour la première fois en Algérie dans le cadre de la promotion des droits de l'homme et des droits des justiciables, ont fait l'objet de la Loi organique 18-16 du 2 septembre 2018 fixant les conditions et modalités de mise en œuvre de l'exception d'inconstitutionnalité.

La disposition qui peut être soulevée dans le cadre de l'exception d'inconstitutionnalité doit être de nature législative, c'est-à-dire une loi votée par le Parlement et promulguée par le Président de la République.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.