10 Décembre 2018

Tunisie: La plainte déposée par Slim Riahi pour complot contre la sécurité classée sans suite (Justice militaire)

Tunis — Le procureur général de la justice militaire a décidé de classer sans suite la plainte déposée par le secrétaire général de Nidaa Tounès Slim Riahi contre le chef du gouvernement, le directeur général de garde présidentielle et autres pour planification d'un complot contre la sécurité intérieure de l'Etat.

Le procureur général précise dans un communiqué publié lundi et dont copie est parvenue à la TAP que le 30 novembre dernier, le juge d'instruction a convoqué le plaignant Slim Riahi pour l'entendre et examiner les pièces justificatives soutenant ses allégations, seulement ce dernier ne s'était pas présenté prétextant se trouver à l'étranger pour des engagements professionnels.

Et d'ajouter que dans l'objectif de compléter les investigations et connaitre la vérité, le plaignant a été à nouveau convoqué le 6 décembre en cours et ne s'y est pas rendu pour raison de santé, selon son avocat qui a présenté une copie d'une demande d'analyses et d'examen médical émise par un hôpital privé de Londres en date du 3 décembre.

Face à l'attitude du plaignant qui a manqué à deux reprises son rendez-vous avec la justice sans chercher à fournir les preuves appuyant ses allégations concernant un coup d'état et un complot visant la sécurité dans le pays, le procureur de la République près le Tribunal militaire permanent de première instance a décidé de classer la plainte "avec tout ce que cela impliquera comme mesures juridiques", selon la même source.

Le 27 novembre 2019, le Procureur général de la direction de la justice militaire avait affirmé que le procureur de la République près le tribunal militaire permanent de première instance de Tunis, a ordonné l'ouverture d'une enquête préliminaire après la plainte déposée par l'un des avocats Slim Riahi.

Dans cette plainte, Slim Riahi accuse le chef du gouvernement et le directeur général de la garde présidentielle de "complot contre la sécurité intérieure de l'Etat", un crime qui tombe sous le coup de l'article 31 du Code de procédure pénale.

Réagissant à cette plainte, le chef du gouvernement Youssef Chahed avait déclaré qu' "il est évident que les gouvernements forts d'une légitimité parlementaire claire ne fomentent pas de complots". "Pourquoi un gouvernement qui bénéficie de larges prérogatives envisagerait-il un complot?" s'était-il interrogé.

Tunisie

Le nombre de migrants a doublé en un an

Selon une ONG tunisienne, le nombre de migrants arrivés dans le pays a été multiplié par… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Tunis Afrique Presse

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.