11 Décembre 2018

Afrique: Science et innovation - L'Oreal-UNESCO consacre 14 brillantes scientifiques

Elles étaient la grande attraction dans la salle de conférence du Radison Blu de Nairobi. Tous voulaient les toucher et se prendre en photo avec ces 12 doctorantes et 2 post-doctorantes qui étaient célébrées pour la qualité de leurs recherches, devant permettre à la science de lutter efficacement contre les pandémies et autres maladies infectieuses dans le monde, notamment en Afrique.

Alexandra Palt, vice-présidente de la fondation "L'Oreal-Unesco", l'initiatrice de cette cérémonie de distinction au Kenya, a affirmé que l'objectif de sa structure est d'accompagner ces 14 scientifiques prometteuses afin qu'elles reçoivent la reconnaissance qu'elles méritent.

Il s'agit des doctorantes Rima Beesoo de l'Ile Maurice, des Nigérianes Olanike Akinduyite et Olaperi Okuboyejo, Dr Priscilla Kolibea Mante du Ghana. Deux doctorantes kenyanes figurent parmi ces " surdouées" de la science.

Ce sont Gladys Mosomtai et Fiona Mumoki. L'Afrique du Sud remporte la palme avec 8 représentantes au nombre de ces jeunes dames scientifiques sélectionnées parmi plus 430 candidatures féminines.

Elles se nomment Takalani Cele, Charlene Goosen, Lerato Hlaka, Harshana Jivan, Shalena Naidoo, Andreas Wilson, toutes doctorantes. Marilize Everts est la seule Dr de ce groupe.

Cette forte présence des Sud-Africaines parmi ces brillantes scientifiques s'explique par le fait que c'est dans ce pays que cette cérémonie de distinction des femmes scientifiques a débuté avant de s'étendre aux autres pays de l'Afrique.

Ces 14 boursières ont bénéficié d'une somme pour les aider à continuer ou à parachever leurs recherches. Ainsi, les 12 doctorantes sont réparties avec 5.000 €, environ 3278838 Fcfa et les 2 post-doctorantes ont empoché 10.000 €, soit 6557676 Fcfa.

Leurs travaux de recherche portent, entre autres, sur les « Nouvelles approches du traitement de la tuberculose, la Construction de système de résilience au climat pour les petits producteurs de café, l'Etude pour la préservation des colonies d'abeilles ou encore comment mieux comprendre la relation chimique entre moustiques et êtres humains ».

Elles ont pour spécialités, les sciences biologiques, l'épidémiologie, la physique, les sciences de la santé, l'informatique et les sciences de l'information, le génie mécanique et les neurosciences.

Dr Hubert Gijzen, représentant le bureau régional de " L'Oreal-Unesco", dans les États du sud du continent noir, a affirmé qu'aujourd'hui « la science a besoin de la femme et la femme a besoin de la science pour aider l'humanité à relever les défis qui se présentent à elle ».

Il a exhorté ces 14 femmes scientifiques à être des pionnières dans leurs domaines respectifs en vue de trouver des solutions aux problèmes des maladies qui déciment le monde.

Ces brillantes scientifiques, avant la cérémonie de distinction, avaient bénéficié, les 4 et 5 décembre, d'un programme de formation pour non seulement compléter leurs recherches scientifiques, mais aussi leur donner les moyens de poursuivre leurs carrières.

La mauricienne, Rima Beesoo est la seule dame scientifique sélectionnée en provenance d'un pays francophone.

Elle est doctorante en biochimie marine à l'université de l'Ile Maurice. L'objet de son projet, a-t-elle confié, est de caractériser les propriétés anti oxydante, anti microbienne de certains êtres provenant des eaux de l'Iles Maurice.

« Mon travail consiste réellement à trouver et à constituer des composés moléculaires innovantes pour combattre les maladies telles que le cancer du côlon, de l'utérus, du foie. Il y a aussi les maladies infectieuses comme la tuberculose.

La scientifique mauricienne a, par ailleurs, regretté d'être la seule représentante de l'espace francophone. Pour elle, cela est dû au fait que ce programme de L'Oreal/UNESCO est méconnu en Afrique francophone.

Raison pour laquelle, elle a invité les responsables de cette fondation à communiquer davantage dans la sphère des Etats francophones, dans l'optique d'avoir davantage de candidatures dans cette partie de l'Afrique.

Afrique

Les pays peuvent accroître les recettes publiques de 12 à 20 % du PIB, selon la CEA

La Commission Économique pour l'Afrique (CEA) soutient que les pays africains peuvent accroître les… Plus »

Copyright © 2018 Fratmat.info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.