11 Décembre 2018

Sénégal: Infrastructures routières - 19 milliards de francs CFA engagés par le PPC/PNDL pour réaliser des pistes rurales

La mise en œuvre du Projet pistes rurales en appui à la mise en œuvre du Programme national de développement local (PPC/PNDL) a permis d'engager 19 milliards de francs Cfa au niveau d'une trentaine de Collectivités territoriales, a révélé Mamadou Thiaw, secrétaire exécutif du PNDL.

"Durant la mise en œuvre du PPC/PNDL, un maillage territorial a permis d'avoir des résultats probants, dans un délai relativement court, caractérisés par une exécution rapide dans la mise en place des pistes, avec 30 Collectivités territoriales qui ont engagé des ressources à hauteur de 19 milliards de francs CFA", a notamment dit M. Thiaw au cours d'un atelier national de restitution et de partage des résultats de la capitalisation du partenariat entre en le PPC/PNDL et le Centre de formation et de perfectionnement des travaux publics (CFPTP), il a rappelé que la formulation du Ppc/pndl avait identifié et dédié une composante au volet renforcement des capacités.

Selon lui, ce maillage territorial a permis une "mise en œuvre correcte" des activités de formation, avec 37 thématiques sur la gouvernance et la maitrise d'ouvrages des pistes rurales, ainsi qu'une mise en place de 52 comités de de gestion et d'entretien des pistes et l'installation de 22 coopératives multifonctionnelles.

"Conformément à la vision du Chef de l'Etat, le président de la République, Macky Sall, de désenclaver l'ensemble des Collectivités territoriales au Sénégal, le projet a facilité la formation de 2700 jeunes tâcherons artisans locaux dans les travaux de cantonnage et en Himo et a promu le renforcement des capacités de plusieurs autres catégories d'acteurs.

Au total, 49 sessions de formation ont été organisées pour la mise en place des comités de gestion au niveau des zones d'intervention et trois ateliers nationaux impliquant les élus locaux.

En outre, 218 élus locaux et 104 secrétaires municipaux ont été formés sur la gestion et la gouvernance des pistes rurales, 489 personnes issues des Agences régionales de développement (Ard) ont aussi subi 37 thématiques axées sur la gestion, l'entretien, la commande publique et la gouvernance des pistes rurales. 493 agents des services techniques déconcentrés ont subi la même formation, alors que le nombre de femmes formées a dépassé les 20%.

Quelques 33 formateurs en technique d'entretien des pistes rurales ont été formés pour faciliter la démultiplication auprès des cibles dudit projet dont la mise en œuvre a permis de générer des emplois temporaires en qualité de main de d'œuvre locale, notamment avec les aides-laborantins, porte mire, aides-topographes, etc.

Au niveau des ouvrages économiques, l'implication de la main d'œuvre locale est estimée à 475 emplois et au niveau des entreprises, 196 emplois directs. Au total, 1693 emplois ont été générés par le PPC/PNDL.

"De toute évidence, le volet le plus mis en relief a été la formation des agents techniques pour qu'ils s'approprient le concept de la gouvernance et de la maitrise d'ouvrage des pistes rurales. Ce qui ouvre des perspectives dans le niveau d'élévation des compétences des acteurs locaux", a déclaré Mamadou Thiaw.

Par ailleurs, le directeur du CFPTP, Djibril Thiaw a estimé qu'une parfaite collaboration entre sa structure, le Pndl et la Cellule d'appui aux collectivités locales (Cael) constitue une très bonne idée, parce que c'est en convergence avec leurs missions et attributions respectives.

"Dans les missions et attributions du CFPTP, il est clairement dit que nous avons une mission d'appui aux collectivités locales, notamment dans la formation de leurs personnels. Mais également, nous devons les appuyer, les accompagner dans les procédures de passation des marchés, notamment les marchés de travaux", a-t-il dit.

Marquant son accord pour qu'une telle collaboration se fasse entre le PNDL, le CFPTP et la CAEL, M. Thiaw souhaite ces formations soient élargies à d'autres acteurs locaux, les élus et techniciens, parce qu'en fin de compte, poursuit-il, l'efficacité des collectivités territoriales dépend, en grande partie, de l'efficacité et de la compétence de leurs personnels administratifs mais aussi et surtout techniques.

"Nous sommes prêts à collaborer davantage pour que les collectivités territoriales soient mieux accompagnées, mieux outillées, pour pouvoir mener à bien leurs missions. Et c'est une préoccupation majeure de l'Acte 3 de la décentralisation", a souligné le directeur du CFPTP.

En définitive, les leçons apprises sont notées et les sessions de formation sur les marchés publics ont permis de dire que la performance dans la gestion desdits marchés au niveau des Collectivités territoriales appuyées par le PPC/PNDL, est fortement liée au profil des acteurs du système de passation, d'exécution et contrôle des marchés publics, a soutenu Dr Thiaw.

De son côté, le secrétaire permanent de l'Association des maires du Sénégal (AMS), Oumar Bâ, a salué la "démarche inclusive" qui a prévalu tout au long de la mise en œuvre du PPC/PNDL qui, selon lui, a joué un rôle "très important" dans le développement local.

"Il faut bien repenser le dispositif de développement local du Sénégal. La territorialisation des politiques publiques passe nécessairement par une bonne exécution des projets par des acteurs territoriaux", a insisté M. Bâ, selon qui, la compétitivité des collectivités territoriales ne peut être possible sans des agents qui comprennent les enjeux territoriaux.

Sénégal

Dix techniciens locaux qualifient leur sélection

Dix sélections africaines sur les 24 qualifiées en phase finale de la CAN 2019 (21 juin au 19 juillet) en… Plus »

Copyright © 2018 Le Journal de l'Economie Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.