Afrique: Finance climat - Le continent attend 10 milliards de dollars en 2019

La pollution de l'air est un problème sanitaire majeur.

L'Afrique attend au minimum 10 milliards de dollars en 2019, pour financer ses projets d'adaptation et d'atténuation, a déclaré, le porte-parole du groupe africain sur les négociations à la COP 24, Seyni Nafo.

"Elle attend une reconstitution du Fonds vert au même niveau qu'en 2014, cela veut dire au minimum 10 milliards de dollars", a-t-il dit, lundi, au cours d'une réunion de concertation ministérielle organisée sous l'égide de l'institut francophone de développement durable (IFDD).

Pour le Fonds vert, "nous sommes à peu près à 7, 2 milliards de capitalisation puisque les Etats Unis qui avaient promis de donner 3 milliards n'ont donné qu'un milliard", a-t-il rappelé.

"Nous voulons nous assurer que nous avons un niveau de reconstitution assez important. Nous voulons lancer un travail d'évaluation des besoins car les pays réfléchissent déjà à la révision de leurs contributions nationales déterminées", a indiqué Seyni Nafo.

Depuis 2016, a-t-il souligné, "nous avons inscrit systématiquement dans chaque décision, une évaluation des besoins des pays en développement, pour connaitre un travail scientifique et qualitatif".

Ce Fonds, a-t-il rappelé, était une réponse au protocole de Kyoto, or à partir de 2020, il n'y aura plus une troisième période de Kyoto.

Ainsi, l'interrogation est de savoir ce que va devenir ce Fonds et quelle entité va la gérer ?, a dit le négociateur.

Le groupe africain ne peut pas discuter de la gouvernance avant d'avoir la certitude sur le mécanisme de financement. La "grosse" difficulté est qu'il y avait un prélèvement de 2% sur la vente de crédit carbone.

"Le prix du crédit carbone est très bas aujourd'hui. A chaque COP, les contributions volontaires des pays développés permettent de maintenir le Fonds à flot", a indiqué le porte-parole du groupe africain.

La question centrale, selon le groupe africain, est d'avoir un financement certain avant de régler la problématique de la gouvernance.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.