11 Décembre 2018

Togo: « Restez debout et audacieux pour mettre en déroute le régime cynique et sanguinaire de Faure Gnassingbé »

communiqué de presse

Trois morts selon le gouvernement togolais, six morts selon l'opposition, le bilan de la répression des dernières manifestations de la C14 à travers le Togo varie selon les sources, même si toutes reconnaissent que ces morts sont des morts de trop.

En tout cas, les nouveaux faits douloureux, survenus le Samedi 08 et le Lundi 10 Décembre 2018, dans l'histoire démocratique du Togo qui ne laissent pas indifférent le mouvement « En Aucun Cas », dont le premier porte-parole lui-même fait les frais de son rejet du régime de Faure Gnassingbé, puisque jeté en prison depuis déjà plusieurs mois.

Dans cette adresse aux Togolais épris de l'idéal de justice, de liberté, d'équité et de démocratie, ce mouvement en appelle à « rester debout et audacieux pour mettre en déroute le régime cynique et sanguinaire de Faure Gnassingbé ». Lecture !

Depuis ce samedi 08 décembre 2018, le monde entier observe avec la plus grande indignation la répression sanglante et brutale des manifestations anti-élections au Togo par les militaires et gendarmes déversés en masse dans les rues de Lomé et de l'intérieur du pays.

En effet, le régime cinquantenaire dirigé par Faure GNASSINGBE, sous prétexte de préserver l'ordre public et d'assurer le bon déroulement de sa prétendue campagne électorale organise des expéditions punitives dans les quartiers de Lomé et de certaines villes de l'intérieur, incendie et pille les maisons et commerces des compatriotes, brûle les pieds des manifestants, brutalise et tue les citoyens, lynche et brûle vif des citoyens, bref sème la terreur et la désolation dans les cœurs.

Le bilan provisoire fait état de sept (7) morts, des centaines de blessés graves, des dizaines de personnes arrêtées, dont vingt-neuf (29) déférées dans les prisons civiles du Togo, des dégâts matériels importants, des centaines d'exilés et de réfugiés dans les pays voisins et des engins à deux et quatre roues confisqués.

Aussi, dans une vidéo largement diffusée sur les réseaux sociaux, l'on a pu identifier le Chef d'état-major général de l'armée, Félix Abalo KATANGA en train de tirer à bout portant, à partir de sa voiture 4x4 sur un enfant de onze (11) ans dans la banlieue nord de Lomé.

Intervenant ce lundi sur la TVT, le ministre de la sécurité Yark Damehane confirme que l'officier supérieur, mis en cause dans les vidéos et images qui ont circulé sur les réseaux sociaux était bel et bien étaient le Chef d'Etat-Major de l'armée, Abalo Félix KATANGA dont le frère est le président de la CENI fantoche qui organise les parodies d'élections en cours mais nie, toutefois qu'il n'est pas l'auteur de la mort de l'enfant de 11 ans.

Selon ce ministre, spécialisé dans le mensonge et la désinformation, le Chef d'état-major de l'armée était simplement en train d'expérimenter l'arme à lunettes qu'il avait pointé sur les jeunes manifestants.

Le Mouvement EN AUCUN CAS constate, au demeurant avec regret que le régime en place au lieu d'écouter toutes les voix qui se sont et continuent de s'élever (Évêques, Évangéliques, Méthodistes, cadres Musulmans, parlementaires de la CEDEAO, partis politiques, organisations de défense des droits humains et société civile) pour appeler au report de la date des élections législatives unilatérales fixées au 20 décembre 2018 préfère faire la guerre aux Togolais en mettant le pays à feu et à sang.

Le Comité Exécutif prend donc acte de ce choix du gouvernement et appelle tous les compatriotes épris de l'idéal de justice, de liberté, d'équité et de démocratie à rester debout et audacieux et à se mobiliser davantage aussi bien sur toute l'étendue du territoire national qu'à l'extérieur du pays pour mettre en déroute le régime cynique et sanguinaire de Faure GNASSINGBE et le contraindre à la démission avant le 20 décembre 2018.

De Bè à Sokodé en passant par Agoè, Totsi, Baguida, Bè-kpota, Deckon, Tokoin, Adakpamé, Akodessewa, Nyekonakpoe, Kodjoviakopé, Adidogome, Vogan, Tabligbo, Aneho, Afangnan, Tsévié, Kpalimé, Kara, Atakpamé, Anié, Dapaong, Sotouboua, Mango, Kantè, Bafilo, Tchamba la résistance doit s'intensifier et se poursuivre de façon plus active et plus accrue.

Par ailleurs, le Mouvement EN AUCUN CAS tient les chefs d'Etat de la CEDEAO complice de la détérioration totale de la crise et leur demande de venir constater par eux-mêmes les conséquences de l'échec de leur médiation, qui apparemment n'a été qu'un trompe-l'œil.

Fait à Lomé, le 11 décembre 2018

Le Comité Exécutif

Togo

Communes et préfectures

A quelques jours des élections municipales prévues le 30 juin, le ministre de l'Administration… Plus »

Copyright © 2018 Télégramme228. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com).