11 Décembre 2018

Sénégal: Séries de sit-in des travailleurs de la justice - Le SYTJUST met à éxécution son 2eme plan d'action

Les travailleurs de la justice sont en mouvement d'humeur, depuis le 03 décembre dernier, pour exiger du gouvernement le respect des accords signés. Le Sytjust avait alors décrété des sit-in tous les lundis, allant de 10h à 12h sur l'ensemble du territoire national à compter du lundi 10 décembre 2018.

Selon son secrétaire général, Ayé Diop, le mot d'ordre a été respecté hier, au Palais de justice de Lat Dior et dans toutes les autres juridictions du Sénégal. Tout de même, le Sytjust menace de passer à la radicalisation si aucune suite n'est donnée à son combat.

Arrêt du travail dans tous les Palais de justice du Sénégal, tous les lundis de 10h à 12h, à compter du lundi 10 décembre 2018. Tel est le second plan d'action, après le premier sit-in tenu le lundi 03 décembre par le Syndicat des travailleurs de la justice, sur l'ensemble du territoire national.

Pour rappel, le mouvement d'humeur des travailleurs de la justice fait suite au non « respect » des accords signés par le gouvernement du Sénégal et au mutisme total de leur ministère de tutelle.

Pour ce qui est du sit-in d'hier, lundi 10 décembre 2018, le SG du Sytjust Ayé s'en est vivement félicité : « Le sit in d'aujourd'hui (hier-Ndlr) est largement suivi dans toutes les juridictions du Sénégal, notamment au Palais de Justice Lat Dior de Dakar », lance t-il au bout du fil.

Joint en effet par Sud quotidien, il affirmera que ses camarades sont « massivement sortis pour participer à la manifestation. C'est dire qu'ils ont tous compris les enjeux de l'heure ».

Pour défendre ses camarades, Ayé Diop déclare : « en effet, il s'agit pour nous, travailleurs de la justice, de nous battre pour améliorer nos conditions d'existence sociale et professionnelle».

Tout en étant conscient que « cette bataille ne sera pas facile», il a fait savoir qu'il y a « des gens tapis dans l'ombre qui veulent faire obstacle à notre progrès ».

Indexant directement leur ministre de tutelle, Me Ayé Diop souligne que « tous les efforts qui ont été consentis sont en train d'être réduits à néant par les actes de remise en cause des engagements du gouvernement que pose le ministre de la Justice Ismaila Madior Fall ».

Mais le secrétaire général du Sytjust déclare être plus déterminé que jamais : « aujourd'hui, nous faisons face à sa volonté de nous maintenir dans la précarité contre laquelle nous nous battons depuis des années ».

Pour ce qui est du troisième plan d'action, à savoir la marche prévue le 12 décembre prochain, le syndicaliste s'est voulu explicite explicite.

« La marche est soumise au régime de déclaration. Nous avons fait part au préfet de Dakar, par déclaration, de notre volonté d'organiser une marche le 12 décembre 2018 à partir de 11 heures.

Les travailleurs de la justice se mobilisent pour arpenter le boulevard des allées du centenaire au rond point de la RTS », fait-il savoir.

Tout en se disant déterminé à «exprimer le ras-le-bol et dénoncer les tentatives de sabordage du service public de la justice impulsée savamment par le ministre de la Justice». Pour ce qui des autorités étatiques, Ayé Diop se désole de son mutisme total.

Aussi a-t-il déclaré à l'encontre des tenants du pouvoir « qu'ils n'ont pas réagi », depuis le début de ce mouvement d'humeur.

Ayé Diop accusera finalement le ministère d'être «visiblement dans la logique du pourrissement et de la confrontation parce qu'au ministère de la Justice, il y a des faucons qui inciteront toujours le ministre à en découdre avec le Sytjust. Ça s'est toujours passé comme ça», conclut Ayé Diop.

Sénégal

Le rôle incontournable du secteur privé vers l'émergence des pays africains

Le secteur privé africain est le premier support sur lequel les gouvernants africains doivent s’appuyer… Plus »

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.