Togo: Début de semaine difficile au pays après un week-end sanglant

10 Décembre 2018

Les manifestations du week-end ont fait au moins deux morts. Un enfant a notamment perdu la vie. Opposition et majorité se rejettent les responsabilités.

Ce fût un week-end sanglant au Togo avec la mort d'un mineur tué à balle réelle lors d'une manifestation interdite samedi. La coalition de l'opposition, avait appelé à des manifestations pour exiger l'arrêt du processus électoral en cours. Ces manifestations avaient été interdites par le gouvernement qui évoquait le "risque très élevé de troubles graves à l'ordre public" alors que la campagne électorale a démarré mardi dernier.

"Tristesse totale"

Ce lundi matin encore, les Togolais font part de leur colère et leur indignation après le décès de deux personnes dont un mineur lors d'une répression policière des manifestations de l'opposition samedi 8 décembre. "C'est la tristesse totale", confie Aimé Addi de la section togolaise d'Amnesty international. "Nous sommes totalement dépassés par les événements et nous sommes aussi déçus un peu de la réponse des autorités vis à vis de cette situation. Je pense qu'on ne peut pas tolérer que dans un pays on ne peut pas assurer la sécurité des citoyens. Ceux ci ont bravé les interdictions restent des citoyens."

Une enquête annoncée

Selon un communiqué du gouvernement, des individus, non identifiés et armés, circulant à bord d'un véhicule type 4x4, de couleur noire, auraient fait usage de leurs armes. Le gouvernement a annoncé une enquête. De son côté, la coalition de l'opposition rejète "formellement les explications scabreuses données par le gouvernement sur la sauvagerie de la répression des manifestations."

Aimé Addi se dit aussi "inquiet de l'apparition, entre griffes, des groupe hors de l'organisation hiérarchique des forces de sécurités et de défenses , selon le communiqué des autorités. Nous demandons aux autorités d'aller très vite pour une enquête indépendante et impartiale en vue d'établir les fait parce que c'est de trop". Il dit encore craindre pour l'avenir du Togo avec la situation qui prévaut actuellement dans le pays : "L'avenir est incertain face à cette violence inouïe que nous remarquons sur le territoire togolais." La coalition de l'opposition maintenant son mot d'ordre de manifestation pour empêcher la tenue des legislative le 20 décembre prochain.

Attention aux fausses informations

Vous avez peut-être vu des vidéos sur Internet suite aux manifestations du week-end. Il est important de rappeller d'être prudent, car concernant ce sujet, comme pour d'autres, beaucoup de fausses informations circulent. Fausses informations propagées parfois par des sympathisants de l'opposition comme du gouvernement.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.