11 Décembre 2018

Congo-Kinshasa: Présidentielle - Le FCC opte pour l'affrontement à Lubumbashi

Les élections en République démocratique du Congo ne sont pas apaisées, car tout se passe dans la confrontation. Le pouvoir en place a résolu de ne pas laisser les autres opposants battre pacifiquement leur campagne, en optant pour l'affrontement, cette fois-ci dans la ville de Lubumbashi où le meeting de la coalition a été empêché.

Ce mardi matin, la province de l'ex-Katanga a vibré au rythme d'échauffourées lors de l'arrivée de Martin Fayulu à Lubumbashi. Le cortège de Martin Fayulu a été chahuté par les forces de l'ordre dans le sud du pays.

Le candidat de l'opposition à l'élection présidentielle est arrivé, ce mardi matin, dans la troisième ville du pays où il devait tenir un meeting. Mais son cortège a été bloqué par des agents de l'ordre. La police anti-émeute les a violemment dispersés. Les heurts ont commencé à la sortie de l'aéroport de Lubumbashi, la troisième ville de RDC, où une foule s'était massée pour accueillir le candidat de l'opposition.

Les incidents ont duré deux heures, comme en témoigne Kanono Bertin, le chargé des relations extérieures de Martin Fayulu : « Nous sommes arrivés devant l'aéroport de Luano qui nous avait été hermétiquement fermé. On nous a interdit d'accéder au tarmac. Nous avons forcé, nous avons accueilli notre homme et nous avons pris la route de retour et c'est là qu'on a fait face à une armada de l'armée congolaise habillée en policiers. Ils nous ont poursuivis jusqu'au centre-ville ». Toutefois, la police a démenti avoir tiré à balles réelles.

Deux personnes tuées par « balles réelles »

Deux partisans de la coalition « Lamuka » qui porte la candidature de l'opposant Martin Fayulu à la présidentielle du 23 décembre, ont été tués par « balles réelles » et 43 autres blessés ce mardi 11 décembre à l'arrivée de Fayulu dans cette ville, a annoncé l'Association congolaise pour l'accès à la justice (ACAJ).

Cette dernière a condamné amèrement le comportement des forces de l'ordre pour avoir fait usage des « balles réelles » pour disperser la foule. Pour cette ONG, le bilan provisoire se présente comme suit : 2 morts par balles réelles parmi les partisans de la coalition Lamuka ; un policier grièvement blessé, dont l'état de santé est critiqué ; 43 blessés dont 15 par balles, souligne l'ONG dans un communiqué signé par son coordonnateur, Me Georges Kapiamba.

Les autorités de Lamuka accusent certaines autorités politico-administratives de la province du Haut-Katanga d'avoir « instrumentalisé » un groupe de jeunes pour gêner la tenue de la réunion publique de M. Martin Fayulu. Ce dernier a été victime des gaz lacrymogènes, utilisés par la police depuis l'aéroport sur le boulevard M'Siri, en passant par la grande poste, carrefour jusqu'à la commune de Lubumbashi.

D'autres sources renseignent que cinq véhicules dont deux jeeps de la police ont été incendiés, faisant état de la confiscation du matériel de sonorisation par la police. Alors que les États-Unis avaient invité le gouvernement de la RDC à la liberté d'expression pendant la campagne électorale.

Congo-Kinshasa

Quel avenir pour la coalition Lamuka?

Martin Fayulu, Jean-Pierre Bemba, Moïse Katumbi, Freddy Matungulu et Adolphe Muzito doivent se rencontrer ce jeudi… Plus »

Copyright © 2018 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.