12 Décembre 2018

Cameroun: Des experts onusiens appellent à protéger la liberté d'expression

Photo: HCR/Elizabeth Mpimbaza
Des familles camerounaises ont trouvé refuge à Utanga, Obanliku, au Nigéria, après avoir fui l'insécurité dans les régions anglophones du Cameroun.

Des experts de l'ONU ont exprimé leur préoccupation mardi concernant la répression de manifestants au Cameroun, à la suite de la récente réélection du Président Paul Biya.

« Les restrictions imposées récemment par le gouvernement camerounais aux droits d'assemblée pacifique et d'expression, semblent ignorer ce critère établi par les instruments internationaux auxquels est parti le Cameroun », ont affirmé les experts dans une déclaration.

Ils ont appelé à la protection de la liberté d'expression, la liberté d'assemblée pacifique et la liberté d'association, rappelant que les standards de droits de l'homme internationaux établissent le droit de chacun à participer à des manifestations pacifiques, ont-ils ajouté. « Toute restriction aux libertés d'assemblée pacifique et d'expression doit provenir de la loi et doit être nécessaire et proportionnelle ».

Les inquiétudes concernant la loi anti-terroriste n'ont toujours pas été résolues

Les experts ont notamment souligné que « la loi nationale anti-terroriste de 2014 ne devrait pas être utilisée pour entraver les assemblées pacifiques, les marches et les manifestations organisées par des partis politiques pendant un processus électoral ».

Selon cette loi, la garde à vue peut être étendue de 48 heures à 15 jours, et la juridiction transférée aux tribunaux militaires.

Les experts indépendants, nommés par le Conseil des droits de l'homme, avaient déjà exprimé des préoccupations aux autorités camerounaises, indiquant qu'une définition aussi large du terrorisme, qui inclue « la perturbation du fonctionnement normal des institutions publiques », pourrait être mal utilisée et entrainer l'interdiction d'assemblées pacifiques.

Ces inquiétudes n'ont toujours pas été résolues, selon les experts. « Les autorités devraient respecter le cadre légal national concernant les manifestations, qui requiert de la part des organisateurs de notifier les autorités sept jours avant la manifestation », ont-ils dit.

Les experts ont reconnu le pas positif que constitue l'abandon des charges judiciaires à l'encontre des 52 militants du Mouvement de la Renaissance du Cameroun, le 4 décembre dernier, à la demande du Procureur général de la cour d'appel du littoral, sur instruction du Ministère de la justice.

« Les allégations reçues le mois dernier semblent indiquer la mise en place d'un climat répressif envers la société civile, les partis politiques, et les personnes critiques vis à vis des résultats des élections, qu'il s'agisse de leurs droits d'exprimer leurs points de vue ou de manifester librement », ont ajouté les experts.

Ils ont renouvelé leurs appels pour une révision de la loi anti-terroriste de 2014, afin d'assurer qu'elle ne sera pas utilisée pour restreindre les libertés fondamentales telles que les droits à la liberté d'expression, d'assemblée pacifique et d'association.

Ils exhortent le gouvernement à assurer qu'un espace démocratique plus grand sera garanti avant, pendant et après les élections législatives et municipales prévues en 2019.

Cameroun

17 Militaires Tués À Darak - Une Journée De Deuil National Instituée

Un décret du président de la République signé le 17 juillet 2019 déclare le vendredi… Plus »

Copyright © 2018 UN News Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.