12 Décembre 2018

Ile Maurice: Trou-d'Eau-Douce - Des plaisanciers s'élèvent contre l'indiscipline

Quand les autorités penseront-elles à mettre de l'ordre à Trou-d'Eau-Douce ? se demande Darsan Ractoo, porteparole des plaisanciers de ce village touristique, qui enregistre une hausse drastique d'opérateurs de bateaux illégaux.

Rien ne va plus pour les plaisanciers de l'Eastern Federation of Pleasure Craft. Leur combat contre les opérateurs de bateaux illégaux semble sans fin. En tout cas, pour Darsan Ractoo, le président de la fédération et porte-parole des plaisanciers, les autorités sont en train de faire la sourde oreille malgré le fait qu'ils aient logé plusieurs plaintes relatives à de nombreux problèmes.

«À ce jour, 60 % des bateaux sont illégaux à Trou-d'Eau-Douce et la situation s'aggrave de plus en plus. Ce secteur est pourri car la qualité du service s'est beaucoup détériorée et les gens ne respectent plus les lois. C'est triste de le dire mais Trou-d'Eau-Douce est devenu une jungle», déplore Darsan Ractoo.

Ce dernier explique que décembre, de même que l'été, est considérée comme la saison de pointe et c'est durant cette période particulière que le village reçoit un maximum de touristes. Néanmoins, le porte-parole déplore un manque de sécurité sur la place et sur les routes du village.

«La situation devient incontrôlable et c'est dommage que les garde-côtes ne font pas leur travail comme il se doit. Le matin et l'après-midi, notre plage est envahie par des bateaux et des chariots. Vu qu'il y a trop de hors-bord, il n'y a plus de place pour marcher. De plus, cela représente un gros danger car les membres du public, ainsi que les clients, peuvent se blesser», souligne notre interlocuteur.

Selon lui, des incidents ont été notés sur la plage mais rien n'est fait pour résoudre le problème. Darsan Ractoo explique que certains opérateurs travaillent sans porter atten- tion aux règlements. «Ils n'ont pas le droit de laisser leurs bateaux ni les 'trol- leys' sur place mais ils ne se gênent pas pour le faire car on ne leur sert pas de contravention. Si les garde-côtes faisaient leur travail comme il se doit, cela découragerait ces mauvaises pratiques», estime Darsan Ractoo.

Marquage léger

L'autre point avancé par les plaisanciers de Trou-d'Eau-Douce a trait à la sécurité routière. «Récemment, à la suite de nos requêtes, la Road Develop- ment Authority a entrepris le marquage des routes. Malheureusement, quelques jours après, certaines doubles lignes jaunes dans les parages de restaurants avaient disparu. Donc, des conducteurs conti- nuent de garer leurs véhicules sur la route et où ils veulent, obligeant les piétons à marcher sur la voie», lance un membre de la fédération.

Ces «maldonnes» pénalisent le secteur touristique, estiment les nombreux plaisanciers, qui lancent un énième appel aux autorités concernées pour qu'elles prennent les mesures appropriées.

Ile Maurice

Menacé pour avoir refusé de financer son fils drogué - «Tonn met piti lor later, to bizin swagn li»

Un habitant de Caro Lalo, à Vallée-des-Prêtres, a fait une déposition contre con fils de 22… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.