11 Décembre 2018

Sénégal: Des professionels dissèquent le court métrage, "un format délicat"

Dakar — Des cinéastes ont souligné mardi à Dakar l'importance et la spécificité du court métrage, à l'aune des interrogations actuelles des professionnels du cinéma relativement à la structuration et la valorisation de ce genre.

"Le court métrage est un des formats les plus délicats", servant à "raconter juste une tranche de vie. C'est un vrai langage en soi", a fait valoir la scénariste égyptienne Jihan El Tahri, lors d'une table-ronde sur ce genre cinématographique.

Elle intervenait au cours de cette table-ronde organisée à l'Institut français de Dakar, dans le cadre des rencontres et échanges du Festival international "Dakar court", qui se poursuit jusqu'à samedi.

Selon la scénariste égyptienne, également formatrice, "chaque genre cinématographique a son propre langage, sa propre histoire".

A en croire Jihan El Tahri, "le court métrage est ce qui lance le réalisateur, car pouvoir raconter clairement et brièvement est un vrai test".

Un point de vue que ne partage pas Christine Genre, directrice du court métrage à "Unifrance", organisme pour la promotion et l'exportation du cinéma français dans le monde.

"Le court métrage occupe une place importante", certes, mais "je ne suis pas d'accord qu'il soit considéré comme l'antichambre du long métrage", a dit Mme Genre.

Le cinéaste gabonais Imunga Ivanga note pour sa part que le court métrage "serait un peu ce que la nouvelle est au roman".

Le festival "Dakar court" est né du souci de valoriser le court métrage, explique Moly Kane, président de l'association "Cinéma Rekk", à l'origine de cette initiative.

Il souligne que l'ambition de ce festival est de "faire voir la dizaine de films de courts métrages produits par an au Sénégal et de les mettre en compétition avec d'autres venant d'ailleurs".

Laza Razanajatoro, directeur des Rencontres du film court de Madagascar, salue de son côté l'initiative du festival "Dakar court", soulignant la nécessité de pérenniser ce festival et de compter sur des partenaires locaux.

Sénégal

Quand l'industrie de farine de poisson détourne la nourriture et les moyens de subsistance

Greenpeace Afrique demande aux gouvernements des pays d’Afrique de l’Ouest de mettre fin à… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Agence de Presse Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.