12 Décembre 2018

Burkina Faso: 11 décembre 2018 - Belle fête à Manga

La commémoration du 58e anniversaire de l'indépendance du Burkina a eu lieu hier 11 décembre 2018 à Manga, chef-lieu de la région du Centre-Sud, région qui a organisé les festivités dans ce cadre.

Placée sous le thème « Bonne gouvernance et équité sociale pour une nation forte et prospère », cette commémoration, patronnée par le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a connu, en plus des autorités nationales et régionales, la participation d'une délégation ivoirienne conduite par le ministre d'Etat, ministre de la Défense de Côte d'Ivoire, Ahmed Bakayoko.

Manga. Une ville sous état de siège ? C'est la grande question que l'on pouvait se poser quand on essaie de rallier le centre-ville en cette matinée du 11 décembre 2018.

Des Forces de défense et de sécurité postés çà et là sur les grandes voies, notamment les voies nouvellement bitumées dans la ville. Depuis quelques jours déjà, la ville est placée sous haute sécurité pour garantir le bon déroulement des festivités marquant le 58e anniversaire de l'indépendance du Burkina dans la ville.

Et pour accéder à l'aire du défilé, il fallait s'y rendre tôt. Rien n'est laissé au hasard. Gendarmes et policiers fouillaient strictement le moindre des citoyens devant accéder à l'aire du défilé.

Un peu comme si l'on devait franchir les barrières de sécurité avant d'accéder au Tribunal militaire de Ouagadougou où se déroule le procès des putschistes du 16 septembre 2015. Citoyens, sacs à mains et sacs contenant des objets sont systématiquement fouillés avant d'accéder aux stands. Les autorités administratives, politiques, coutumières et religieuses arrivent les unes après les autres.

Y compris la délégation ivoirienne dont le chef, Ahmed Bakayoko, ministre ivoirien de la Défense, avait été accueilli la veille à Manga. Quelque temps après l'arrivée du Premier ministre, le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, arrive. Il est 9h 05mn. Les honneurs militaires lui sont rendus.

Ensuite, c'est l'hymne national que tous entonnent avant qu'il ne s'installe dans la tribune officielle. Il est accueilli aussitôt après par un défilé de jeunes filles arborant des tenues traditionnelles du Burkina, suivi de la prestation de la troupe de danse « Djendjéré ».

Une danse pour personnes initiées. Une danse guerrière esquissée habituellement lors des grandes cérémonies festives ou au retour des guerriers de la guerre, apprend-on. L'un des danseurs de la troupe a du reste réussi une prouesse mystique en transformant un œuf happé par la bouche en poussin, sous le regard médusé de tous. Manga n'est pas en guerre.

Mais quand on rapporte les faits et évènements au combat pour le développement, c'est une guerre qui est gagnée ce 11 décembre à Manga, celle de la réalisation des promesses du gouvernement, à commencer par la tenue de la célébration du 11 décembre 2018 avec les réalisations infrastructurelles dans les villes et communes des trois provinces qui composent la région.

La troupe de danse « Kaya » de Tiébélé dans le Nahouri, a fait sensation par ses démonstrations vigoureuses de multiples pas de danse aux significations diverses, nous dit-on.

Lorsqu'après cet intermède le défilé civil commence, c'est la garde nationale qui ouvre le bal. Elle est suivie par une série de défilés représentant différents services du Premier ministère et des autres ministères, les 13 régions et bien d'autres services.

Même des élèves du CP1 (cours préparatoire, 1re année du primaire) étaient du peloton. Des élèves visiblement essoufflés par un demi-kilomètre de marche, sous le regard admiratif des officiels et des populations. Les majorettes ont particulièrement tenu en haleine le public qui s'est délecté d'une prestation aussi délicate que les acteurs bien entraînés le montrent sur scène.

A chaque citoyen de se questionner sur sa responsabilité dans la gouvernance de l'Etat

Le défilé militaire qui a suivi ce passage des majorettes, a laissé voir des hommes et femmes de tenue des différents corps, à différents niveaux de services. Fanfare de la gendarmerie, garde rouge, le bataillon de sécurisation de l'Est de la Côte d'Ivoire, le Prytané militaire du Kadiogo, la Police se sont succédé sur l'axe du défilé, pour le plus grand bonheur du public.

Le rythme de la musique de la fanfare change quand vient le tour (du défilé) des unités spéciales des Forces de défense et de sécurité : Unité spéciale d'intervention de la police apte pour la libération des otages, la protection des hautes personnalités, la lutte contre le terrorisme ; Unité spéciale de la gendarmerie qui lutte contre le grand banditisme et le terrorisme ; le 25e Régiment parachutiste commando (fer de lance de l'Armée de terre), basé à Bobo-Dioulasso et dont la particularité est de frapper comme la foudre et disparaître comme l'éclair.

Le défilé militaire motorisé, parade militaire et défilé civil motorisé ont mis fin à cette parade civilo-militaire marquant la commémoration du 58e anniversaire de l'accession du Burkina à l'indépendance.

Saluant la grande mobilisation des populations de Manga et de la région du Centre-Sud en général, Roch Marc Christian Kaboré a indiqué que la commémoration du 58e anniversaire est une occasion où chaque citoyen doit se questionner sur sa responsabilité propre dans la gouvernance de l'Etat et dans la lutte contre toutes les formes de déstabilisation.

Chacun doit aussi se poser la question de savoir qu'est-ce que nous apportons collectivement au panier de la bonne gouvernance, au panier du civisme, du patriotisme et du travail collectif pour développer le pays.

Il a conclu en faisant savoir que c'est une occasion d'avoir une pensée pour tous ceux qui sont tombés sous les balles assassines des terroristes dans la lutte pour la sécurisation du pays.

Le ministre d'Etat ivoirien, ministre de la Défense, Ahmed Bakayoko, a salué « une belle cérémonie », l'expression d'un peuple qui se bat pour assurer un meilleur destin aux populations, dit-il. Chez les Forces de défense et de sécurité du Burkina, Ahmed Bakayoko a salué l'endurance et la vigueur, expression d'un combat au quotidien contre le terrorisme pour assurer la paix et la stabilité.

Quant au chef de file de l'opposition, Zéphirin Diabré, la commémoration de l'indépendance rappelle le combat des devanciers pour la génération actuelle afin qu'elle ait à l'esprit les défis actuels, les engagements et interpellations pour la bonne gouvernance.

En cela, indique-t-il, le thème de la commémoration est pertinent et d'actualité. Le flambeau de la commémoration du 59e anniversaire a été remis en fin de soirée au gouverneur de la région du Centre-Est.

Burkina Faso

Procès du putsch manqué / Sergent-Chef Roger Koussoubé - « Je n'ai jamais porté un message du général Diendéré »

Les auditions complémentaires devant le Tribunal militaire, dans le dossier du putsch manqué de septembre… Plus »

Copyright © 2018 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.