12 Décembre 2018

Congo-Kinshasa: Campagne électorale - L'Acaj condamne les violences politiques

L'ONG demande au gouvernement de la République d'assurer réellement la sécurité de tous les candidats à la présidentielle pour le bon déroulement de la campagne en cours.

Faisant le monitoring des violences survenues, le 11 décembre à Lubumbashi, dans le Haut-Katanga, relatives à l'attaque du cortège du candidat de Lamuka à la présidentielle, Martin Fayulu, l'Association congolaise pour l'accès à la justice (Acaj) donne le bilan provisoire de deux morts par balles réelles parmi les partisans de ce candidat. L'association de défense des droits de l'homme a indiqué également qu'un policier a été grièvement blessé et se trouve dans un état critique, quarante-trois civils sont blessés dont quinze par balles et cinq véhicules incendiés dont deux de la police. L'Acaj relève aussi que vingt-sept partisans de la coalition Lamuka parmi lesquels Lolo Kyungu ont été arrêtés alors que le matériel de sonorisation devant servir au meeting a été confisqué par la police.

Citant des témoignages recueillis à Lubumbashi, l'Acaj souligne que certaines autorités politico-administratives de la province du Haut-Katanga ont instrumentalisé un groupe de jeunes pour entraver la tenue de la réunion publique du candidat Martin Fayulu, à Lubumbashi. « Des noms de certains membres du gouvernement provincial ayant participé à ces actes ont été portés à la connaissance de l'Acaj », a précisé cette ONG.

Tout en condamnant les violences politiques, les atteintes à l'intégrité physique, aux biens publics et privés, survenues à Lubumbashi, l'Acaj exige une enquête crédible afin que leurs auteurs et commanditaires soient identifiés et poursuivis en justice. Elle exhorte le gouvernement de la République à assurer réellement la sécurité de tous les candidats à la magistrature suprême pour le bon déroulement de la campagne électorale.

Des sources ont fait savoir qu'alors que la population entassée à l'aéroport et au lieu prévu pour le meeting attendait Martin Fayulu et son équipe, les éléments de la garde Républicaine avaient obligé le candidat présenté par la coalition Lamuka à rester assis à bord de sa voiture. Comme celui-ci tenait à se lever pour saluer la foule, c'est à ce moment que ces éléments ont jeté du gaz lacrymogène pour l'obliger à s'engouffrer dans son véhicule et disperser la foule qui chantait des chansons hostiles au candidat du Front commun pour le Congo, Emmanuel Ramazani Shadary, et de l'autorité morale de ce regroupement, Joseph Kabila.

Malgré des appels au calme et à la sécurisation de tous les candidats qui ont fusé de partout, il a été aussi indiqué que le cortège de Martin Fayulu a encore été attaqué, le 12 décembre, à Kalemie. « Nous sommes en pleine campagne électorale et l'État congolais doit sécuriser tous les candidats sans discrimination », avait dit Martin Fayulu, après de nouveaux échauffourées, le matin, à l'étape de Kalemie (Tanganyika), entre certains éléments des forces de l'ordre et ses militants avant la tenue de son meeting. Le candidat de la coalition Lamuka a, par ailleurs, signalé qu'il a finalement pu tenir son meeting dans « des conditions très difficiles ». « La situation est très tendue. Trois personnes ont déjà été tuées et plusieurs blessées. Mais nous avons, malgré cela, pu tenir notre meeting », a-t-il expliqué, regrettant de ne pas être « sécurisé par les éléments des forces de l'ordre, moins encore par la Monusco ».

Il a été rapporté que la coalition qui soutient la candidature de Félix Tshisekedi a annulé son meeting prévu ce 12 décembre à Butembo. Un groupe armé actif dans cette partie du pays se serait posté pour abattre l'avion transportant le duo Félix Tshisekedi-Vital Kamerhe.

Congo-Kinshasa

Le fonctionnement de la Céni une fois de plus sous le feu des critiques

En RDC, la Céni est depuis quelques jours en fin de mandat. Son vice-président est le seul à avoir… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.