Sénégal: Kaolack - Les élèves du nouveau lycée bloquent la nationale 1 pour réclamer des ralentisseurs

Kaolack — Les élèves du nouveau lycée de Kaolack ont manifesté ce mercredi pour réclamer la construction d'un ralentisseur à hauteur de leur établissement scolaire, afin de mettre fin aux accidents récurrents dont eux et le personnel enseignant sont parfois victimes, a constaté l'APS.

Ils ont barré la route et brûlé des pneus avant d'être dispersés par des policiers qui ont fait usage de gaz lacrymogènes. Leur mouvement a été surtout déclenché par l'accident survenu mardi, lorsqu'un véhicule a dérapé et tué une lycéenne.

La victime s'apprêtait à embarquer dans une moto jakarta pour rentrer chez elle après les cours du soir. Cet accident a également fait trois blessés, deux élèves et le conducteur de la moto.

"Une de nos filles a été mortellement fauchée hier [mardi], devant le collège, parce qu'il n'y a ni passerelle, ni ralentisseur, encore moins de dos-d'âne.

Les voitures roulent à vive allure et la porte du lycée est à moins de 5 mètres de la route nationale", explique Yougar Diouf , professeur d'histoire et de géographie au nouveau lycée.

"Nous avons usé des voies légales. Nous avons saisi le préfet, le gouverneur et l'inspectrice d'académie sans suite. Maintenant, les voies de recours sont épuisées au niveau régional.

Donc, nous ne resterons plus là à compter nos morts. Nous allons réagir. Nous avons choisi de faire un sit-in sur la route nationale et bloquer la route pour nous faire entendre", a-t- il poursuivi.

"Ce que je craignais est arrivé. Depuis ma prise de service, j'appréhendais ces accidents et j'avais écrit aux autorités, pour qu'on nous mette des ralentisseurs, mais ça n'a pas été fait.Voilà le résultat !", regrette le proviseur Baboucar Niang.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.