Centrafrique: L'ancien chef des milices anti-Balaka arrêté à Paris pour crimes de guerre

Le siège de la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye.
12 Décembre 2018

Patrice-Edouard Ngaïssona, « coordinateur général national » de la milice anti-balaka a été interpellé conformément à un mandat d'arrêt délivré par la CPI. Une demande de remise du suspect à la Cour a été déposée.

Selon le communiqué de la Cour pénale Internationale, la Chambre préliminaire II de la CPI a délivré le mandat d'arrêt à l'encontre de Patrice-Edouard Ngaïssona le 7 décembre 2018 pour sa responsabilité pénale présumée de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité qui auraient été commis dans l'ouest de la République Centrafricaine, entre le 5 décembre 2013 et le mois décembre 2014.

Patrice Edouard Ngaïssona en tant que plus haut dirigeant et « coordinateur général national » des anti-balaka serait responsable de ces crimes prétendument commis dans différents endroits en RCA, notamment à Bangui, dans la préfecture de la Lobaye, Yaloké, Gaga, Bossemptélé, Boda, Carnot et Berberati.

Pour rappel, le 30 mai 2014, le gouvernement centrafricain a saisi la Cour de la situation en RCA depuis le 1er août 2012. Cette situation aurait impliqué des crimes présumés à la fois des groupes Séléka et des groupes anti-Balaka.

Les violences ont entraîné des milliers de morts et le déplacement de centaines de milliers de personnes. Le 24 septembre 2014, Mme Fatou Bensouda, Procureur de la CPI, a ouvert une enquête sur cette situation.

Homme d'affaires, Patrice Edouard Ngaïssona, âgé de 51 ans, est aujourd'hui président du parti PCUD (Parti Centrafricain de l'Unité et du Développement) qui n'est que son mouvement armé qu'il a transformé en parti politique.

Il cumule en même temps les postes de président de la Fédération centrafricaine de football, président en exercice de l'UNIFAC et délégué régional d'Afrique centrale auprès de la Confédération africaine de football.

Cette arrestation intervient après celle d'Alfred Yekatom Rambo, l'un des anciens chefs de la milice anti-balaka, remis à la CPI le 17 novembre dernier.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.