12 Décembre 2018

Congo-Kinshasa: Deux poids, deux mesures - Martin Fayulu risque gros !

Il bat pourtant campagne, mais le leader de Lamuka a une idée derrière la tête. A voir le décor de son parcours électoral, cela prête à confusion. Le président de l'Ecidé, semble-t-il, recherche autre chose que la victoire.

Après avoir été choisi par les 4 autres membres signataires de l'accord de Genève, en tant que candidat commun de l'opposition, il s'est décidé de regagner vite sa terre natale pour motiver tous ses partisans et gagner à tout prix leurs voix. La motivation des électeurs aurait été dans ce cas tournée vers un couronnement de leur futur chef, qu'ils attendent tous voir remporter les scrutins prochain. Pourtant, Fayulu ne voit pas ces enjeux de l'heure de cet œil. Et les faits le prouvent...

Il appelle ses électeurs à voter sur le bulletin papier et le placer dans l'urne une fois fini. Chose inconvenable dans la mesure où ce mode électoral est pratiquement déphasé par rapport à celui de la CENI. A 12 jours des élections, une telle orientation ne dérouterait-elle pas les électeurs assoiffés d'une alternance ?

Par conséquent, la décision des résultats ne sera tranchée que par la CENI qui a instauré la machine à voter. Le candidat de Lamuka risque donc de perdre largement ou carrément de ne pas être élu. Ce qui amène à penser que cet opposant obstiné a muri en lui un modus operandi qui risque tout simplement de lui causer du tort. Mais, bien au-delà, de créer des vives contestations juste au lendemain du vote car, il serait moins élu et crierait probablement à la duperie.

Revenir d'une réunion aussi importante que celle de Genève, et ne trouver que ce genre d'alternative à opérer ne sort pas de nulle part. Il doit donc y avoir anguille sous roche. Pourtant, grâce à son alliance avec Jean-Pierre Bemba, et le soutien des déçus du comportement de FatshiVit, ce leader de carrure politique costaude, ayant acquis des sympathisants de plus, pouvait bien faire face au candidat de la continuité, Emmanuel Shadary et même plus gagner, si et seulement si ses élections seraient crédibles et fiables.

Hélas ! La crise du moment est celle de la confiance qui n'a jamais régné depuis le début du processus, entre les opposants et le pouvoir en place qui organise tout seul ses élections et qui a avec lui toutes les potentialités pouvant le mener à la réussite, selon le camp adverse, et donc, qui feront de tout leur possible pour remporter cette bataille et conserver le pouvoir pour lequel ils ont tout donné.

A l'état où les choses se présentent, cette façon de faire est à déconseiller avec la dernière énergie aux personnes qui prônent tous les jours le changement et qui veulent en même temps le beurre et l'argent du beurre. Les mises de ces jours sont telles que l'utilisation de la machine à voter est une épreuve pour les initiateurs qui doivent passer sous jugement. Ce n'est qu'après l'avoir utilisé que l'on peut tirer des conséquences. Car, les contestations avant vaudront les contestations après.

Au tant mieux expérimenter d'abord et juger par la suite. En ce moment là, les réclamations seront justifiées et l'on se battra pour une bonne cause.

Par contre, saboter ne fera que les écarter stupidement de la course et si par chance le processus abouti en beauté, c'est Lamuka qui perdra seul, étant donné que son souci majeur est de ne plus revoir le potentat du moment et toute son équipe continuer la gouvernance qui, à son avis a été un échec total et lamentable.

Voilà pourquoi, Martin Fayulu devrait réfléchir par deux fois et revoir sa décision, à moins qu'elle ne relève d'une stratégie néanmoins bien étrange, l'Union Européenne tirant tout autant les ficelles derrière cette coalition du 11 novembre, car pour cette dernière, une transition en vue serait souhaitable, pour faire partir Joseph Kabila, qui ne cesse de les humilier et qui leur a encore refusé l'observatoire des élections. Les sanctions imposées et réitérées au dauphin de la majorité en dit long !

Congo-Kinshasa

Au moins 890 personnes auraient été tuées dans des violences dans l'ouest

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a annoncé mercredi que, selon des sources… Plus »

Copyright © 2018 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.