12 Décembre 2018

Congo-Kinshasa: Elections 2018 - L'OSSDF-RDC en appelle à la vigilance pour éviter le dérapage

'L'appel de Kinshasa à une mobilisation citoyenne pour des élections réussies et pour un avenir social promoteur". C'est l'intitulé du document publié par les délégués de la Société Civile exprimant leur volonté et détermination à œuvrer et lutter pour que les élections du 23 décembre 2018 balisent une nouvelle ère de progrès social, de dignité, de cohésion nationale et de paix.

C'était le vendredi 7 décembre dernier lors d'une matinée politique organisée par le Centre national d'appui au développement et à la participation populaire (CENADEP), dans le but d'améliorer les conditions sociales des Congolais, la consolidation de la démocratie, de la paix et de l'Etat de droit en Rdc. Notamment, à travers un processus électoral crédible, apaisé, transparent et réussi. Ce, dans le cadre de l'observatoire de la Société civile pour le suivi du dialogue et de la transition en République démocratique du Congo (OSSDF-Rdc).

Ladite activité a réuni des délégués de différentes organisations de la Société civile, et était axée autour du thème : «Rdc, quel avenir après les élections ?».

Cependant, plusieurs recommandations ont été formulées quant à ce. Notamment, à l'endroit du Gouvernement à qui la Société Civile recommande de doter la CENI des moyens financiers nécessaires pour éviter la rupture de fonds. Mais également de garantir la sécurité des candidats et des électeurs sur l'ensemble du territoire, particulièrement dans les zones en conflits. Et surtout d'éviter l'utilisation des moyens de l'Etat pour la campagne électorale des candidats du FCC.

Il a aussi été demandé aux différents mouvements et forces de la Société civile, de renforcer la veille et la vigilance pour éviter le dérapage des élections, ainsi qu'à se préparer à suivre, après les élections, la réalisation des promesses des candidats durant la campagne.

Ces recommandations de la Société civile ont été formulées au regard de l'analyse du contexte global actuel en RDC, faite par ses délégués notamment, sur les plans politique, social et économique. Ce qui a amené les délégués de la Société civile d'appeler tous les candidats Président de la République à prendre en considération la misère et la souffrance de la population, en présentant clairement leurs approches et stratégies pour améliorer les conditions sociales des populations.

Il s'agira également pour eux de vulgariser leurs projets de société et programmes d'action en termes clairs, accessibles à tous, dans les quatre langues nationales ; de se rassurer d'avoir un nombre important des témoins accrédités par la CENI pouvant couvrir l'ensemble des bureaux de vote repartis sur le territoire national.

Par ailleurs, ces délégués de la Société civile constatent que la liste de plus de 30.000 candidats aux élections législatives nationales et provinciales, sur l'ensemble du pays, est caractérisée par un grand nombre de personnes dont le profil appelle à interrogations. Les programmes et projets politiques des candidats demeurent trop théoriques, académiques, en français et moins connus par les électeurs.

Et beaucoup d'électeurs ne connaissent pas encore la machine à voter et demeurent encore moins confiants en cette nouvelle technologie imposée par la CENI.

De l'autre côté, les organisations de la société civile ne disposent pas encore d'un nombre important d'observateurs capables de couvrir les 75.000 bureaux de vote.

Aux candidats à la députation nationale et provinciale, ils recommandent d'éviter des discours démagogiques avec des promesses fallacieuses dont la réalisation ne dépend pas de l'action d'un député ; de présenter clairement, dans leurs discours et affiches de campagne, leur appartenance politique ; de renforcer l'éducation civique et électorale de leurs militants et sympathisants ; et de faire accréditer un nombre suffisant des témoins.

Ils invitent en outre la Commission électorale nationale indépendante à mettre en place des dispositifs devant favoriser le vote des personnes vivant avec handicap.

La Société civile s'inquiète aussi de la résurgence de la maladie à virus Ebola et les incursions intempestives des groupes armées qui risquent de perturber les opérations de vote dans la partie Est du pays, en général, et dans la région de Beni, en particulier.

Ils dénoncent le manque de consensus entre parties prenantes autour de 6 millions de cartes d'électeur sans empreintes digitales et sur la machine à voter. Ils regrettent aussi la non-prise en compte des personnes vivant avec handicap dans le dispositif électoral (isoloirs non appropriés, machines à voter sans option de braille pour les aveugles, etc.)

Congo-Kinshasa

Le pays attend l'investiture de Félix Tshisekedi

La République démocratique du Congo (RDC) est désormais dans l'attente de l'investiture de… Plus »

Copyright © 2018 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.