Congo-Kinshasa: Sanctions sur les dirigeants congolais - L'Union Européenne pénalise-t-elle la RDC ?

Photo: Radio Okapi/Ph. John Bompengo
Des policiers à l’aéroport international de Ndjili à Kinshasa

Alors que le Gouvernement Congolais se battait pour l'annulation des sanctions infligées à quelques personnalités politiques Congolaises, le Conseil de l'Union Européenne a, quant à lui, opté pour le prolongement desdites sanctions, au détriment des aspirations profondes et fondamentales de Kinshasa.

Comme pour dire que, même la récente sortie médiatique du Vice-Premier Ministre, Ministre des Affaires et étrangères et intégration régionale, Leonard She Okitundu, devant la presse nationale RD Congolaise, qui promettait d'ores et déjà de passer de parole en acte, à travers une mesure de rétorsions, au cas où le Conseil de l'UE ne révisait pas sa copie en rapport avec cette décision, n'a servi à rien.

Comme l'on pouvait s'y attendre, le Conseil de l'UE, a indubitablement refusé de prendre en compte des désidératas RD Congolais. Encore que, sur cette liste de 14 congolais sanctionnés se trouve le Candidat du FCC à l'élection présidentielle du 23 décembre 2018, Emmanuel Ramazani Shadary. A cet effet, l'avenir s'annonce nébuleux pour le sort et ressort de celui que Joseph Kabila a choisi, pour assurer la continuité de ses œuvres. Est-ce un nouveau rapport des forces qui se trace entre la patrie de Lumumba et l'Union Européenne ? C'est aux autres de répondre. Du moins, il appert que la RDC et l'UE, ne seraient plus en odeur de sainteté, d'après certaines voix. Ya-t-il des faces cachées du problème ? Et la RDC sera-t-elle pénalisée quant à ce ? Seul le bon Dieu le sait.

Toutefois, face à cette situation, plusieurs s'interrogent. Qu'adviendrait-il de l'économie du pays ? Et qu'en est-il de son avenir social et économique ? Les questions vont dans tous les sens. Entretemps, à voir comment le décor se plante déjà à ce jour, nombreux sont ceux qui optent pour un avenir maussade. "On ne peut que prédire l'avenir, mais on pourrait essayer de la penser et la voir de manière critique", dit-on. Les congolais se lancent déjà, du moins pour certains, à songer leur futur et la vie de demain, comme si ces sanctions infligées à quelques autorités du pays, pourraient avoir une répercussion négative vis-à-vis de la RDC toute entière. D'aucuns estiment que la vie après le 23 décembre serait un calvaire sur le plan socio-économique.

Au regard de cette autarcie qui émaille le fonctionnement de la politique en RDC, il est devenu compliqué pour les personnes de mobiliser et allouer les moyens financiers.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.