13 Décembre 2018

Congo-Kinshasa: LE 06 décembre 2018 à Mbandaka, Shadary prédisait l'incendie des machines à voter

Le 07 décembre 2018, RFI avait publié un article, mettant en exergue le discours d'Emmanuel Ramazani Shadary, le candidat du Front commun pour le Congo (FCC), dans un meeting de campagne électorale à Mbandaka, chef-lieu de la province de l'Equateur.

Dans son discours, rapportait RFI, Shadary a notamment demandé aux jeunes d'apporter leur soutien à la sécurisation du vote du 23 décembre. Ce, en réaction à la position d'un autre candidat d'une frange de l'opposition, Martin Fayulu, très hostile à l'usage de la machine à voter.

« Ils ont dit qu'ils vont brûler les installations de la Commission électorale nationale indépendante. Est-ce que vous m'entendez ? Les jeunes, est-ce que vous m'entendez ? Nous devons aller aux élections. Eux, ils veulent les troubles, que le sang coule. Je vous remercie parce que vous m'avez accueilli. Allez protéger les installations de la Céni. Vous allez protéger les bureaux de vote. Vous allez sécuriser le processus électoral. Le 21, 22, 23 décembre, vous allez protéger les matériels« , a lancé Shadary à la foule venue écouter son discours.

Curieusement, on commence à vivre la matérialisation de « la prophétie » du candidat du Front commun pour le Congo (FCC), Emmanuel Shadary. Seulement, ce n'est pas à Mbandaka ni à l'intérieur du pays, mais plutôt, dans la capitale Kinshasa. Dans la matinée de ce jeudi 13 décembre, à quelques jours de la tenue des élections, les Kinois sont les premiers témoins de l'accomplissement de la « prédiction » de Shadary. Un incendie d'origine inconnue s'est déclaré dans l'entrepôt de la Centrale électorale, situé au centre-ville de la capitale, dans la commune de la Gombe et siège des Institutions de la République.

Le bilan provisoire de cet incendie, selon Kikaya Bin Karubi, conseillé diplomatique du président Joseph Kabila, le bilan provisoire serait d'au moins 7 000 machines à voter brûlées ainsi que les Urnes et isoloirs. Les sources concordantes indiquent qu'au moins 20 % du matériel destiné à l'organisation des élections du 23 décembre ont été consumés. Mais à la Céni, on exclut pas l'hypothèse d'une piste criminelle. Dans un communiqué ce jeudi matin, le rapporteur de la Céni, Jean-Pierre Kalamba, affirme que les enquêtes sont déjà en cours pour déterminer l'« origine ainsi que l'ampleur des dégâts ». Il a toutefois, rassuré la poursuite du processus électoral.

La goutte qui vient déborder le vase

Emmanuel Ramazani Shadary n'était pas le seul à prophétiser. La prédiction d'Olivier Kamitatu, porte-parole du leader de la Coalition « Ensemble », Moïse Katumbi, a suscité des divers commentaires sur les réseaux sociaux.

En effet, dans un tweet dont la capture d'écran circule sur la toile appartiendrait à Olivier Kamitatu Etsu, membre de la coalition « Lamuka » qui porte la candidature de Martin Fayulu à la la prochaine élection présidentielle. Depuis sa récente naissance à Genève, cette plateforme électorale et ses animateurs ne cachent pas leur hostilité contre l'usage de la machine à voter, comme mode vote.

Tout au long de sa campagne électorale, le candidat de « Lamuka » appelle ses électeurs à ne pas accepter l'usage des machines à voter qui faciliteraient, selon lui, la tricherie en faveur du candidat du pouvoir de Kinshasa, Emmanuel Shadary. Cet acharnement contre cette nouvelle technologie est très mal perçu, d'une part, par le régime en place et, d'autre part, suspecté par un autre camp de l'opposition congolaise, le Cap pour changement (Cach) dont Félix Tshisekedi est candidat à la présidentielle.

Qu'à cela ne tienne, c'est de bonne guerre. Mais, la goutte qui a fait déborder le vase, c'est cet ancien tweet d'Olivier Kamitatu ressuscité par les internautes. Il fait du buzz sur l'internet et les commentaires vont dans tous les sens.

« Le rejet est total. Si @CorneilleNangaa s'entête à imposer ses 100.000 machines à tricher, il devra déployer derrière chacune d'elles un policier pour qu'elles ne soient pas cassées, détruites, brûlées. Les congolais vont se charger de faire respecter la loi électorale.« , peut-on lire sur le tweet attribué à l'ancien ministre du Plan.

Par ailleurs, dans l'hypothèse où les propos dans ce tweet appartiendraient à son présumé auteur, Olivier Kamitatu, l'opinion ne devrait pas réfléchir deux fois pour comprendre ce qui se passe. A voir l'incendie de ce jour et tous les discours qui l'ont précédé; considérant les tensions et autres incidents émaillés de pertes en vies humaines, observées pendant la période de campagne électorale, il y a lieu de craindre un avenir sombre en République démocratique du Congo (RDC).

Les uns et les autres devraient placer l'intérêt supérieur du peuple congolais au-dessus de toutes leurs considérations politiciennes qui ne visent que les intérêts égoïstes. Il est encore possible d'éviter le pire.

Congo-Kinshasa

Le pays attend l'investiture de Félix Tshisekedi

La République démocratique du Congo (RDC) est désormais dans l'attente de l'investiture de… Plus »

Copyright © 2018 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.