13 Décembre 2018

Afrique: La FAO préconise d'intensifier la réponse au changement climatique dans tous les secteurs agricoles

communiqué de presse

Katowice, Pologne — Investir dans les politiques, les personnes, les données, les innovations et le leadership devrait faire partie de la solution, souligne à la COP24 la Directrice générale adjointe de la FAO

Le monde doit intensifier sa réponse au changement climatique, en particulier dans tous les secteurs agricoles, a souligné, aujourd'hui, la Directrice générale adjointe de la FAO, Mme Maria Helena Semedo, lors d'une réunion à haut niveau de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP24) à Katowice, en Pologne.

Cela nécessitera des investissements dans la conception de politiques multisectorielles, la capacité de mise en œuvre, les personnes, les données, les innovations ainsi que le leadership, plus particulièrement pour les femmes, a-t-elle préconisé.

Au cours de cette réunion, axée sur l'Objectif de développement durable n° 2: «Faim Zéro», Mme Semedo a mis en garde contre l'aggravation de la faim dans le monde, principalement en raison des effets du changement climatique, des conflits et du ralentissement économique. «Nos efforts pour éliminer la faim seront plus difficiles si le réchauffement atteint 2 degrés Celsius».

Cependant, «il est encore possible d'atteindre l'objectif 'Faim Zéro'», a-t-elle dit ajoutant que pour réussir, il est essentiel «de définir des actions de transformation qui restructureront nos systèmes alimentaires de manière durable et équitable pour tous».

Mme Semedo a également souligné l'importance de la conservation des écosystèmes pour protéger l'environnement et faire face aux effets du changement climatique en affirmant que «nos sols, nos forêts et nos océans sont nos alliés pour soutenir efficacement l'atténuation du changement climatique et l'adaptation des populations les plus vulnérables».

Dans cet ordre d'idées, elle a appelé à un investissement accru dans la gestion intégrée et durable des ressources naturelles.

Une agriculture intelligente face au climat

Au cours d'un événement parallèle à la COP 24, organisé notamment par l'Alliance mondiale pour une agriculture intelligente face au climat, la FAO a diffusé une nouvelle publication présentant dix exemples de réussite provenant du monde entier et montrant comment la gestion durable des exploitations agricoles, des cultures, du bétail et de l'aquaculture peut répondre aux besoins de sécurité alimentaire tout en favorisant l'adaptation au changement climatique et en contribuant à la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES).

"Climate-Smart" Agriculture (CSA) est une approche qui aide à transformer les systèmes agricoles pour assurer la sécurité alimentaire et soutenir le développement rural dans un climat en mutation.

Le but de cette publication est de montrer les meilleurs exemples menés par la FAO sur la façon dont l'agriculture intelligente agit face au climat. Elle n'est pas une approche «unique» susceptible d'être mise en œuvre de manière universelle, mais elle implique plutôt différents éléments intégrés dans des contextes locaux.

L'utilisation des sols, chaînon manquant dans la lutte contre le changement climatique

Mme Semedo a également pris la parole lors de la manifestation parallèle organisée par l'ONU, dans le cadre de la COP24, sur l'ODD n°15 (SDG15: Life on Land).

Notant qu'à l'heure actuelle, le secteur de l'utilisation des sols est responsable de près du quart des émissions mondiales de GES, Mme Semedo a souligné que ce secteur avait également un potentiel important pour stocker de grandes quantités de carbone dans les sols, les forêts et les zones humides.

«Nous pouvons réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre en adoptant des systèmes agricoles plus intelligents et intégrés, en protégeant et en gérant les forêts et en adoptant des approches qui utilisent les ressources naturelles de manière durable et efficace», a-t-elle fait valoir.

«De cette façon, le secteur de l'utilisation des sols, au lieu d'être une partie du problème climatique, deviendra une partie de la solution et contribuera jusqu'à 30% à l'atténuation du changement climatique nécessaire d'ici à 2030», a-t-elle ajouté.

Mme Semedo a également souligné le rôle vital des partenariats, des innovations et de la technologie dans le cadre de l'intensification des efforts communs visant à mieux gérer les forêts et les terres.

Lors de cet événement, la FAO et la NASA (Administration nationale de l'aéronautique et de l'espace des États-Unis) ont lancé un nouvel outil en libre accès en ligne, Collect Earth Online (CEO), qui permet à quiconque de suivre l'évolution de l'utilisation des sols et des paysages n'importe où dans le monde. Cela permettra aux pays de renforcer leurs capacités de mesure, de surveillance et de compte rendu sur les forêts et l'utilisation des terres.

Au cours de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP24) à Katowice, la FAO a encouragé les pays à faire en sorte que des liens soient établis entre l'adaptation au changement climatique, l'atténuation de ses effets, l'agriculture et la sécurité alimentaire et ce, afin de mieux renforcer l'action climatique.

Afrique

CAN 2019-Algérie - Voici ce que percevra chaque joueur après le sacre

Vainqueur de la CAN 2019 après leur victoire sur le Sénégal vendredi dernier, les Fennecs ont… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: FAO

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.