13 Décembre 2018

Centrafrique: Arrestation d'un « chef anti-balaka » en France - L'opération de salubrité doit se poursuivre

analyse

Il s'appelle Patrice-Edouard Ngaïssona. Son nom ne dit, a priori, pas grand-chose. Mais il fut le coordonnateur général des anti-balaka, du nom de cette milice armée d'obéissance chrétienne créée par François Bozizé dont il fut d'ailleurs le ministre des Sports.

Visé par un mandat d'arrêt international délivré par la Cour pénale internationale (CPI), l'ex-seigneur de guerre centrafricain a été alpagué, le 12 décembre 2018, à Paris, en France. Il est poursuivi pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité commis dans l'Ouest de la RCA, commis entre septembre 2013 et décembre 2014.

A l'époque, estime la CPI, une « attaque généralisée et systématique a été perpétrée par les anti-balaka contre la population civile musulmane et quiconque semblait soutenir le groupe armé de l'ex-Séléka ».

Patrice-Edouard Ngaïssona qui, rappelons-le, était jusqu'à son arrestation le président de la Fédération centrafricaine de football (FCF), s'il est extradé, rejoindra Yekatom Rombhof à Scheveningen, du nom de cet autre chef de guerre anti-balaka, arrêté et transféré à la Haye où il est jugé pour les mêmes faits de crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

Il s'agit là de deux grosses prises pour la juridiction internationale dirigée par Fatou Bensouda qui, on se rappelle, avait ouvert, le 24 septembre 2014, une enquête sur les violences meurtrières qui avaient cours en RCA.

Les cas Yekatom et Ngaïssona feront école

Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'opération de salubrité doit se poursuivre. Car, en fait de criminels de guerre, il y en a aussi bien dans les rangs des anti-balaka que des ex-Séléka, qui courent encore les rues.

Peut-être existe-t-il encore d'autres mandats d'arrêt émis par la CPI non encore rendus publics comme ce fut le cas de Patrice-Edouard Ngaïssona qui, c'est peu de le dire, n'aurait pas pris le risque d'aller se pavaner en France, s'il savait le risque énorme qu'il encourait.

C'est donc une lapalissade de dire que les cas Yekatom et Ngaïssona feront école en ce sens que désormais, la plupart des seigneurs de guerre centrafricains sauront où mettre les pieds, convaincus qu'ils paieront cash la moindre erreur. Et c'est tant mieux si cela peut contribuer à ramener la paix au pays de Faustin Archange Touadéra qui est plus à plaindre qu'à envier.

En tout cas, avec l'arrestation de l'ex-coordonnateur des anti-balaka à Paris et la remise, il y a à peine 24 heures, de 1400 kalachnikov par Florence Parly aux forces armées centrafricaines, la France dont on dit qu'elle était en train de se faire ravir la vedette par la Russie de Vladimir Poutine, dans la gestion du dossier centrafricain, tente de reprendre la main. Et c'est peu dire !

Centrafrique

Bangui fait face à une pénurie d'essence

L'incendie de la raffinerie de Lembe au Cameroun le 1er juin dernier se fait ressentir, tout comme le manque de pluie… Plus »

Copyright © 2018 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.