Centrafrique: La mission de l'ONU renouvelée malgré les critiques russes

Photo: Edouard Dropsy pour Human Rights Watch
Un homme inspecte sa cabane incendiée le 12 octobre 2016 au camp de déplacés de l’Évêché, République centrafricaine. Les forces de la Séléka ont brûlé au moins 435 huttes dans le camp.

Le Conseil de sécurité a renouvelé pour un an le mandat de la Minusca, sa mission en Centrafrique. Mais pour la première fois depuis 2014 et le déploiement des unités sur le terrain, l'ONU a perdu son unité autour de ce sujet. La Russie - et son alliée chinoise - se sont abstenues sur fond de tension croissante avec Paris.

Après plus d'un mois de navette diplomatique entre les missions russes et françaises à l'ONU, Paris avait fini par obtenir de haute lutte une abstention de Moscou, qui, jusqu'à la dernière minute, avait menacé de mettre son veto au texte. Sur le fond, la France estime avoir été au bout des concessions possibles en reconnaissant un rôle à la Russie dans la stabilisation de la Centrafrique.

La « ligne rouge » de Paris

Mais Moscou aurait aimé que les Français aillent plus loin et soulignent positivement la rencontre organisée à Khartoum en août dernier avec les groupes rebelles. Cela constitue une « ligne rouge » pour Paris qui fait de l'initiative africaine de paix conduite sous l'égide de l'Union africaine (UA), la seule issue possible pour parvenir à un accord de paix.

Le « pré carré » français

Cela a très fortement déplu à l'ambassadeur russe qui s'en est pris violemment à la France qui gère, selon lui, ses anciennes colonies comme un « pré carré ». L'ambassadeur français François Delattre lui a répondu indirectement en demandant aux Etats membres de « mettre l'intérêt du peuple centrafricain avant ses intérêts nationaux » et de renoncer aux approches « solitaires et exclusives ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.