Congo-Kinshasa: Pas de panique !

S'il y en a eu des actualités saillantes partout dans le monde, il est indéniable que celle concernant la République Démocratique du Congo était indubitablement classée dans la rubrique destinée aux prépondérances.

Car, à neuf jours de la tenue des joutes électorales, du reste, fixées à l'inéluctable date du 23 décembre 2018 telle qu'inscrite dans l'almanach électoral, un des entrepôts de la Commission Electorale Nationale Indépendante, CENI, sis dans la ville de Kinshasa, précisément à la lisière de la Gombe, a pris feu.

Un incendie combien trépignant et déconcertant d'autant que, dans l'annuaire des dommages collatéraux, la Centrale électorale qui a, illico presto, animé un point de presse quant à ce, recense près 3774 isoloirs, 552 kits bureautiques, 17901 encres indélébiles, 800 nouvelles motos, 15 véhicules, près de 9500 batteries ainsi qu'environ 8000 machines à voter partis en fumée.

Lesquels matériels de vote, faudrait-il le rappeler, sont largement contestés par une frange de l'opposition notamment, la coalition Lamuka qui, avec son candidat Martin Fayulu, descend dans tous les recoins du pays, non pas pour appeler au vote, mais pour mobiliser le peuple à boycotter et récuser la machine à voter qui, à leurs yeux, serait, sans nul doute, le canal pouvant favoriser la tricherie.

Cette situation vraisemblablement méphistophélique et machiavélique, dûment pour la ville de Kinshasa qui, d'ailleurs, constitue la sommité même en termes d'électeurs comparativement aux autres coins et confins du pays. Ce, dans la mesure où le feu a, malencontreusement, consumé les outils logistiques de dix-neuf communes sur les vingt quatre qu'hébergent ladite province.

Cependant, la CENI, via son Président Corneille Nangaa, connu pour son incurable optimisme quant à la question de la tenue des élections conformément au chronogramme, a, tout de même, rassuré, de faire, autant que faire se peut, pour que lesdits challenges électoraux, promis à la population congolaise, se réalisent en bonne et due forme.

Déjà, soulignant qu'il existe près de 22000 machines de réserve, Nangaa a laissé comprendre que l'une des pistes de solution serait de réorienter ces provisions pour la capitale. Mais, cela pourrait, en effet, se réaliser qu'après harmonisation des vues avec les autres autorités du pays. D'où, point n'est besoin de paniquer car, la voie menant vers les élections ne s'est point assombrie.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.