13 Décembre 2018

Congo-Brazzaville: Défense nationale - Le Sénat satisfait des nouveaux camps militaires de Tsiélampo

Une délégation de la Commission défense et sécurité de la chambre haute du parlement, conduite par son président, Gabriel Nzambila, a visité le 14 décembre, les nouvelles casernes militaires construites à Tsiélampo, pour constater l'effectivité et la nature des travaux réalisés. La délégation s'est réjouie de la qualité des infrastructures.

La commission défense et sécurité du Sénat, accompagnée de quelques responsables du Haut commandement militaire, et de ceux du ministère des Grands travaux, a visité tour à tour l'ensemble du chantier. Cinq nouvelles casernes militaires y sont construites sur deux sites distincts.

La première caserne inspectée par les sénateurs est celle de N'douo, construite sur les monts du quartier Mouhoumi, dans le septième arrondissement Mfilou, non loin du centre de dispatching d'électricité de Tsiélampo. Un impressionnant camp militaire moderne y est construit aux standings internationaux.

Dans ce complexe militaire érigé sur plusieurs hectares et dont les travaux sont achevés depuis trois ans, on trouve toutes les commodités d'une caserne : bureaux modernes, magasins d'armes aux normes requises, réfectoires de qualité ainsi que des ateliers de maintenance automobile construits selon les normes militaires internationales.

Gabriel Nzambila et sa délégation sont allés, ensuite, visiter la nouvelle caserne du Mont Barnier, située elle un peu plus loin sur l'ancienne voie menant à Mayama. Sur ce site encore plus vaste que le premier, sont érigés trois imposants camps militaires à des endroits séparés mais proches les uns des autres.

A l'image de celui de Ndouo, ceux-ci, offrant une vue panoramique sur les quartiers périphériques de Sadelmi, Matari, Nkombo et Massengo, obéissent aussi aux standards internationaux en matière de sécurité. Là aussi, les techniciens chinois ont érigé un régiment militaire archi-moderne, regorgeant de tous les services militaires et capable d'héberger plusieurs troupes.

En dernier ressort, la délégation de la chambre haute du parlement a visité la base-vie. Un autre camp de soldats dans lequel sont construits des bâtiments modernes de quatre étages chacun, près d'une vingtaine. Dans ces locaux, seront logés des soldats et leurs familles. A côté, sont aussi construits d'autres logements militaires devant servir aux officiers supérieurs, subalternes, sous-officiers et leurs familles.

Dans cette base-vie, il est prévu un centre d'éducation préscolaire, une école primaire, un collège et une infirmerie modernes. Dans l'ensemble, les travaux de ces cinq casernes sont achevés et les chantiers ont été confiés officiellement au ministère de la Défense nationale, il y a trois ans. Il ne reste plus qu'à installer les équipements ainsi qu'à construire les voies d'accès.

« Nous sommes venus constater ce qui a été fait dans le cadre du Plan national de développement pour ce qui concerne des casernes militaires. Il y a cinq camps militaires qui sont construits ici, ce sont de beaux bijoux et nous en sommes très satisfaits de ce que nous avons vu. Tout est fin prêt, il ne reste plus qu'à régler quelques petites choses qui manquent et à équiper les bâtiments », s'est réjoui le vénérable Gabriel Nzambila.

La délégation de la commission défense et sécurité a, par ailleurs, déploré l'incivisme de la population qui a pris d'assaut les alentours des casernes, en dépit des leçons tirées de la catastrophe du 4 mars 2012 au quartier Mpila, qui a coûté la vie à plus de deux-cents personnes. De même, elle s'est inquiétée d'une grande érosion qui menace déjà la caserne de Ndouo.

Congo-Brazzaville

Vie des partis - Digne Elvis Tsalissan Okombi qualifie de « simple agitation » la situation qui prévaut à l'UMP

Au cours d'une conférence de presse qu'il a animée le 17 mai, à Brazzaville, le président… Plus »

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.