13 Décembre 2018

Congo-Brazzaville: Sécurité civile - La direction générale veut susciter les vocations auprès des jeunes

Une campagne de sensibilisation et d'information en milieu scolaire a été initiée, récemment à Brazzaville, afin de faire connaître aux élèves les missions du sapeur-pompier et les intéresser à ce métier.

Après les étudiants de l'Institut des métiers de l'environnement et des technologies appliquées en octobre dernier, le tour est revenu, le 11 décembre, aux élèves de l'école internationale turco-congolaise Maarif de s'imprégner des missions de la sécurité civile. Accompagnés de leur directeur général, Mehmet Emin, cent dix-huit apprenants allant du primaire au lycée en passant par le collège, de huit nationalités différentes, ont été inspirés par le dévouement et la passion des sapeurs-pompiers. En effet, ils ont pu se faire une idée du numéro du service d'appel, des missions principales de la direction générale de la sécurité civile ainsi que des actions de secours et d'intervention.

En guise d'actions pratiques, ils ont stimulé une intervention d'extinction d'incendie puis un sauvetage d'une personne égarée par les flammes dans un immeuble de huit étages. Elève en classe de 6e, David Yamanda pense que les actions des sapeurs-pompiers méritent d'être vulgarisées puisqu'elles peuvent sauver des vies humaines, sans parfois être spécialiste. « J'ai appris des actions utiles pour éviter les incendies en respectant les consignes sur l'usage du gaz butane. Par exemple, pour passer un appel et rester en communication avec un sapeur-pompier pour lui donner toutes les informations utiles ; incliner une personne qui s'est noyée avant d'appeler le 118 », a-t-il expliqué, visiblement émerveillé.

Le directeur départemental de la sécurité civile de Brazzaville, le colonel Jean Bernard Boyanghas, a, de son côté, rappelé qu'au-delà de la simple vulgarisation des actions des sapeurs-pompiers, la sécurité civile vise, à travers cette campagne, à intéresser la population brazzavilloise en général, les enfants en particulier, à cette culture. Le but étant de minimiser les risques des victimes après un accident, une noyade, un incendie ou une catastrophe. « Nous avons communiqué à ces élèves le numéro vert du service d'appel : le 118 ; un numéro gratuit qu'ils doivent appeler en cas d'urgence. Ils ont aussi été informés des risques domestiques et certains réflexes utiles comme : indiquer le fait ou la cause de l'appel, l'adresse, l'environnement immédiat et d'autres informations prises permettant aux équipes d'intervention de gagner du temps », a-t-il rappelé.

Il a, enfin, annoncé la poursuite de cette campagne de sensibilisation et d'information en milieu scolaire pour atteindre beaucoup d'élèves. « A travers ces enfants, nous informons aussi les parents et d'autres élèves absents grâce au compte rendu qui leur sera fait et les enseignants ayant accompagné la délégation », a poursuivi le colonel Jean Bernard Boyanghas.

Notons que la sécurité civile désigne l'ensemble des moyens mis en œuvre par un État pour protéger ses citoyens, en temps de guerre comme en temps de paix. Elle associe différents moyens, principalement publics, pour venir en aide à la population et réagir en cas de crise grave. Au cœur des situations d'urgence, de secours et de gestion de crise à Brazzaville, la direction générale de la sécurité civile est sur tous les fronts. Elle s'appuie sur plusieurs dizaines de sapeurs-pompiers et sur ses renforts pouvant intervenir sur l'ensemble du périmètre urbain.

Congo-Brazzaville

Au pays, les épreuves du baccalauréat ont commencé

74 216 candidats de différentes séries, répartis dans près de 200 centres ont… Plus »

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.