14 Décembre 2018

Sénégal: Sécurisation et transparence du scrutin présidentiel du 24 février - L'opposition «pose» son verrou

La plateforme opérationnelle de sécurisation des élections (Pose) a été lancée hier, jeudi 13 décembre, par la quasi-totalité des leaders de l'opposition. Il s'agit d'une plateforme mise en ligne, permettant à tout Sénégalais qui n'est pas encore en possession de sa carte d'électeur de pouvoir en disposer.

La cérémonie qui a vu la participation des ténors de l'opposition a été l'occasion pour les 23 participants, de signer la charte de la Pose, marquant ainsi leur adhésion au combat unique de la transparence dans les élections.

«Le candidat sortant a mis en place tout un dispositif pour perpétuer un hold-up électoral afin de s'assurer une réélection au premier tour » : ces propos sont de Me Mame Adama Guèye qui les a tenus hier, jeudi 13 décembre 2018, à l'occasion de la cérémonie de lancement de la plateforme de sécurisation et de transparence des élections (Pose). Plusieurs leaders de l'opposition étaient présents à cette manifestation.

Saluant leur présence, Mame Adama Guèye a signalé que la rencontre du jour «qui a identifié les compétences requises pour prendre en charge les risques identifiées» fait suite à une réunion qui a été tenue par les plénipotentiaires des diverses parties prenantes.

Revenant sur la plateforme, il expliquera que la Pose va se «consacrer exclusivement au combat pour la transparence de processus électoral par une approche opérationnelle de gestion de risque, dont la finalité est de faire échec au projet de hold-up électoral ».

L'ancien bâtonnier est en effet d'avis que le pouvoir en place a déjà posé les jalons de ce hold-up. Il s'agit entre autres « du contrôle total des médias publics (Soleil, Rts, Aps) dirigés par les membres de l'Apr, de la volonté de contrôler les médias privés avec la nomination de Babacar Diagne à la tête du Cnra, de la loi sur les communications électroniques, de l'acquisition récente d'équipement anti- émeute, de la violation de l'article L 48 du code électoral », entre autres.

Face à tout ce « lobbying » pré-électoral, Mame Adama Guèye tire pour autant la sonnette d'alarme : « l'opinion nationale et internationale est avertie ».

Il lancera donc pour terminer une invite à «toutes les organisations politiques et citoyennes engagées pour la défense de nos défenses démocratiques ». Avant d'ouvrir le bal par la signature de la charte collective de la Pose. C'est le leader de Rewmi qui le secondera en apposant également sa signataire sur la dite charte.

Avant de céder la place à Abdoul Mbaye, Me Madické Niang, Aïda Mbodj, Moussa Taye, représentant et conseiller politique de Khalifa Sall, Ousmane Sonko, Issa Sall, Mansour Sy Diamil, Moustapha Guirassy, Malick Gakou, Thierno Alassane Sall, Thierno Bocoum, Pierre Atépa Goudiaby, Boubacar Camara, Yacine Fall, le juge Ibrahima Dème et autre Sadikh Kane, représentant Me Aïssata Tall Sall. Quid de l'absence du Parti démocratique sénégalais ?

Là, Mame Adama Guèye est très clair : « Le Pds a été invité. Maintenant pour ce qui est de son absence, il faudrait leur poser la question».

Sénégal

Dr. Moet de l'OMS – « Notre objectif est d'éliminer complètement la transmission mère-enfant du VIH »

En novembre 2015, les pays de la région Afrique de l’Ouest et du Centre (AOC) se sont engagés… Plus »

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.