Afrique de l'Ouest: Performances en matière de politique de planification familiale - Sénégal, Burkina Faso et Côte d'Ivoire cités en exemple

14 Décembre 2018

Le Sénégal, le Burkina Faso et la Côte d'Ivoire ont été cités en exemple, lors de la 7ème réunion du partenariat d'Ouagadougou qui se tient à Dakar depuis hier, jeudi 13 décembre. Selon, la directrice de l'unité de coordination du partenariat d'Ouagadougou, Fatimata Sy, cela a été rendu possible grâce à l'implication des gouvernants.

Dans le cadre de la lutte contre la mortalité maternelle et néonatale, les pays regroupés au sein du partenariat d'Ouagadougou ont pris l'engagement de relever le niveau de la planification familiale au sein de leur pays. Selon la coordinatrice, Fatimata Sy, trois pays se sont démarqués de la masse, avec un taux de progression acceptable allant de plus de 1% à 2,2%.

Le Sénégal figure dans ce trio de tête de peloton. Une performance rendue possible grâce à la politique sanitaire du pays qui a mis en place des mécanismes pour la distribution, l'accessibilité des produits à toutes les populations.

Selon le ministre de la Santé et de l'Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, qui a présidé la cérémonie d'ouverture de cette rencontre, le Sénégal a fait le choix de retenir la planification familiale comme stratégie majeure de lutte contre la morbidité et la mortalité maternelle, néonatale et infantile.

«Dans l'optique de la mise en œuvre des Plans d'actions de Planification familiale de première et de deuxième génération, le processus de transformation de la chaine d'approvisionnement national, initié avec les produits de la planification familiale à travers le projet «Informed Push Model», a permis de réduire de manière significative les taux de rupture au niveau des points de prestations de service», a-t-il fait noter.

Et de poursuivre: «la mise en œuvre coordonnée du plan de suivi de la gestion de la performance à tous les niveaux a contribué à booster l'utilisation des produits contraceptifs. Le Sénégal a pu ainsi augmenter de 12% en 2010 à 21.2% en 2015 et 26% en 2017 son taux de prévalence contraceptive».

Au cours de cette 7ème réunion, les succès de la planification familiale seront célébrés. Pour Mme Boustani de l'Ambassade des Etats-Unis au Sénégal, un des partenaires financiers, le partenariat d'Ouagadougou a fait de gros progrès en matière de planification familiale, en Afrique de l'Ouest. Cependant, elle a estimé que «le voyage est loin d'être complet car d'ici à 2020, plus de deux millions de femmes supplémentaires auront besoin de services de planning familial.»

Pour cette présente réunion, le thème retenu est: «Les voies du succès du Partenariat de Ouagadougou pour 2020».

Selon Abdoulaye Diouf Sarr, le thème suscite des opportunités de nature à accroître les résultats vers l'atteinte de nos objectifs communs. A cet effet, il a lancé un appel à l'implication et à l'engagement des jeunes, des décideurs et des acteurs pour l'atteinte des nouveaux objectifs qui seront fixés au sortir de ladite réunion.

Pour rappel, le Partenariat de Ouagadougou est né en 2011 de la volonté des gouvernements des neuf pays francophones de l'Afrique de l'Ouest notamment le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, la Guinée, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Togo et le Sénégal.

Il constitue aujourd'hui, selon le ministre Diouf Sarr, un espace approprié de partage, d'échange et d'apprentissage. Il est aussi un cadre de dialogue entre les partenaires et les pays membres, en particulier, pour un meilleur alignement des interventions dans le domaine de la planification familiale.

La présente réunion du Partenariat de Ouagadougou clôture ainsi la troisième année de sa phase d'accélération, pour laquelle les Etats-partis ont pris des engagements portant sur une augmentation significative des taux de prévalence contraceptive.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.